Miike Snow – Animal

Après Kit, c’est Miike Snow qui s’intéresse à notre nature animale.

I change shapes just to hide in this place
But I’m still, I’m still an animal
Nobody knows it but me when I slip yeah I slip
I’m still an animal

La Scandinavie frappe encore !

Miike Snow est un groupe suédois composé du chanteur et songwriter Christian Karlsson et du duo producteurs Pontus Winnberg et Andrew Wyatt, également connu sous le nom de Bloodshy & Avant, qui a commis un paquet de tubes pour Britney Spears, Madonna, Kylie Minogue, entre autres. Des tubes comme Toxic, pour vous donner une idée. Oui, il s’agit des gars capables de me faire aimer une chanson de Britney Spears. Et les chansons de Christian Karlsson sont des tueries : écoutez-donc Sylvia.

En concert au Festival des Inrocks

Miike Snow sera en concert au festival des Inrocks (et oui, encore eux !) le 9 novembre au Point éphémère, et non à La Cigale, comme c’est indiqué sur son myspace (il y a eu des changements dans la programmation).

School of Seven Bells

School of Seven Bells, c’est encore un groupe new-yorkais et c’est encore un groupe avec un nom à rallonge. L’origine de ce nom est dévoilé par Alley Deheza dans un article des Inrocks (dépublié depuis) :

Je regardais la télé, tard dans la nuit, et j’ai vu un documentaire qui m’a fasciné. Ça concernait des pickpockets, un gang des années 90 en Amérique du Sud. Ils étaient particulièrement bons, ils avaient un code qui leur était propre, personne ne les soupçonnait, personne ne pouvait les attraper. Et ces gens avaient été formés dans une académie spéciale, dans les années 80. L’école s’appelait la School of Seven Bells – l’un des examens de passage était de voler un objet dans chacune des poches d’une veste en contenant sept et sur chacune desquelles était accrochée une petite clochette.

Les School of Seven Bells font de la dream pop électronique. Les jumelles Alley et Claudia Deheza (qui viennent du groupe On!Air!Library!) et Ben Curtis (qui vient du groupe The Secret Machines) jurent qu’ils n’ont « jamais vraiment écouté les Cocteau Twins » – difficile à croire en entendant leurss harmonies vocales – mais reconnaissent l’influence de My Bloody Valentine. Les morceaux créent des atmosphères douces et planantes avec un son un peu années 90. Les clips d’Half Asleep et de My Cabal, que vous pouvez regarder ci-dessous, invitent aussi à la rêverie.

Alpinisms, le 1er album du groupe sorti en 2008, ressort en version « de luxe » avec quelques morceaux en plus : des démos, des lives, des prises alternatives. Les School of Seven Bells ont prévu 2 concerts en France en décembre : le 8 décembre à L’Aeronef à Lille et le 9 décembre à La Coopérative Club à Clermont-Ferrand. Rien pour les Parisiens…

Half Asleep

My Cabal

Plus d’infos

School of Seven Bells

Reprises de Everybody Knows

Everybody Knows, la sublime chanson de Leonard Cohen, a fait l’objet de plusieurs reprises plutôt réussies.

Pour commencer, la version originale par le maître Leonard, telle qu’elle apparaît dans la bande originale du film Pump Up The Volume.
Dans ce film de 1990, Mark (joué par Christian Slater) anime une radio pirate. Anonyme, bien planqué dans sa chambre d’ado, ce jeune homme pourtant très réservé raconte tout ce qui lui passe par la tête. Sa liberté de ton et ses provocations valent à sa radio un grand succès dans son lycée. Et c’est le début des emmerdes.

Sur la bande originale de Pump Up The Volume, on trouve à côté de Wave of Mutilation des Pixies une reprise de Everybody Knows par Concrete Blonde. Le groupe de Johnette Napolitano n’a pas fait grand-chose depuis leur première séparation en 1993 : quelques concerts, un best-of… Ce n’est pas grave, ce qui nous plaît chez les Concrete Blonde, c’est justement ce son années 90. Vous pouvez écouter sur le myspace du groupe Heal It Up et Mexican Moon.

Et pour finir, c’est Elizabeth and The Catapult, dont il était question récemment, qui reprend Everybody Knows. La voix libre d’Elizabeth et les percussions travaillées font tout le boulot et c’est réussi. Attention, le son de la vidéo est médiocre.

Everybody knows that the dice are loaded
Everybody rolls with their fingers crossed
Everybody knows that the war is over
Everybody knows the good guys lost
Everybody knows the fight was fixed
The poor stay poor, the rich get rich
Thats how it goes
Everybody knows

Elizabeth and The Catapult – Taller Children

Couverture de l'album Taller Children

Couverture de l'album Taller Children

Elizabeth and The Catapult, c’est la chanteuse Elizabeth Ziman, pianiste classique de formation, et ses potes Danny Molad, le batteur, et Peter Lalish, le guitariste. Elizabeth and The Catapult, c’est une voix magnifique et des chansons pop sophistiquées. Taller Children, c’est le titre de leur second album et le titre du premier single qui en est tiré.

Le nouvel album de Tegan and Sara écoutable sur Myspace

Tegan and Sara

Tegan and Sara

La date de sortie de Sainthood, le nouvel album de Tegan and Sara dont je parlais récemment, est enfin annoncée. Et il n’y aura pas longtemps à attendre puisque ce sera le 27 octobre !

Autre bonne nouvelle, l’album est en écoute sur le myspace de Tegan and Sara. On en profite !

Pixies – Here Comes Your Man

Parce qu’il ne fallait pas laisser Adrienne Pauly attendre, parce que je viens de voir 500 Jours ensembleJoseph Gordon-Levitt chante cette chanson tout bourré dans un karaoké et parce que le concert de vendredi était quand même bien sympa, une petite chanson des Pixies :

there is a wait so long
here comes your man

Les Pixies en concert au Zénith

Les Pixies donnaient 2 concerts à Paris cette semaine et j’ai eu la chance d’assister au concert de vendredi.

Les Pixies sur la scène du Zénith

Les Pixies sur la scène du Zénith

Cette tournée des Pixies a pour prétexte les 20 ans de l’album Doolittle. (Sorti en 1989, donc. Je recommande la lecture de cet article de VoxPop sur l’histoire de Doolittle.) Et le groupe a joué l’intégralité des morceaux de l’album, dans leur ordre d’origine, dans des versions aussi courtes que sur l’album, sans faire durer le plaisir. Et sur Doolittle, la plupart des chansons tournent autour des 2 minutes. J’imagine qu’il s’agit d’une trace des influences punk des Pixies.

En prime de Doolittle, il y a eu une dizaine d’autres morceaux, principalement tirés des faces B. Avant chaque morceau, Kim Deal précisait où on en était dans Doolittle, ou que la chanson était une façon B. Du coup, les Pixies ont joué tous leurs hits, à l’exception de Where Is My Mind, ce qui m’a surprise pour une tournée clairement orientée « faisons plaisir aux vieux fans ».

Les Pixies sur la scène du Zénith

Les Pixies sur la scène du Zénith

Les Pixies n’avaient pas l’air mécontents d’être sur scène et ils semblaient s’amuser. Mais ils ne se donnaient pas à fond. Les solos de guitare de Joey Santiago donnaient l’impression d’être simples à jouer, les cris de Black Francis étaient la chose la plus naturelle du monde. Bref, parcours de santé.

Alors, oui, ça sentait un peu la poussière et, oui, ça sentait un peu le réchauffé. Comme quand on allume le chauffage au début de l’hiver et qu’il n’a pas servi depuis des mois. Mais au final, on est bien content qu’il fasse chaud, même si l’air n’est pas très respirable. Mais ça, c’est à cause de la fumée qui a été balancée en fin de concert. En tout cas, je suis contente d’y être allée.

Sinon, je reste sur mon impression de départ : je n’aime pas le Zénith, mais cela reste surmontable. Comme beaucoup de choses.

A proximité du Zénith, à la Villette

A proximité du Zénith, à la Villette

Les morceaux joués vendredi 16 octobre au Zénith :
Dancing The Manta Ray / Weird At My School / Bailey’s Walk / Manta Ray / Debaser / Tame / Wave Of Mutilation / I Bleed / Here Comes Your Man / Dead / Monkey Gone To Heaven / Mr. Grieves / Crackity Jones / La La Love You / No. 13 Baby / There Goes My Gun / Hey / Silver / Gouge Away
Rappel :  Wave Of Mutilation (UK Surf) / Into The White / U-Mass / Vamos / Gigantic
Set list récupérée sur le site Soul Kitchen.

Numéro# – Tonton klaxonne

J’ai déjà parlé du groupe Numéro#, qui ose l’électro chantée en français. Et ça rend plutôt bien. J’avais évoqué Tonton klaxonne, ma chanson préférée de leur dernier album, Sport de Combat. Pourtant, j’avais publié la vidéo de Tout est parfait, le premier single de l’album. Il n’y a pas à ma connaissance de vidéo pour Tonton klaxonne et il faudra se contenter de ceci, mais ça fait tout de même du bien aux oreilles.

Ce bruit poupée, tu le connais
C’est comme la fois où
J’ai détruit la télé
Ouais comme ça BANG
Pas d’introduction
Plus d’informations
Et c’est moi le roi sur terre