Archive for the ‘ Concert ’ Category

Etienne Daho en concert à Days Off

Etienne Daho - Days Off 2014

Le festival Days Off a donné carte blanche à Etienne Daho pour 3 soirs. Au programme : une reprise l’album Pop Satori ; une soirée consacrées au pop hits de Daho ; et une soirée invités. J’ai eu la chance de voir 2 de ces concerts et voici mes impressions.

Petite précision : je suis une grande fan de Daho (donc un peu conquise d’avance) et l’ai vu de nombreuses fois en concert. Mais pas depuis 10 ans.

Mardi 1er juillet : Pop Satori – Cité de la musique

La première partie était assurée par Yan Wagner. J’ai trouvé que les morceaux manquaient de contraste, les arrangements encore plus franchement électro que sur l’album rendaient les chansons indissociables. Les mélodies ne servent pas suffisamment la belle voix grave de Yan Wagner, ne lui donnant pas l’occasion de faire preuve de beaucoup d’expressivité.

La thématique du concert était assez originale, puisqu’il s’agit de reprendre dans son intégralité Pop Satori (1986), album de la consécration, après La Notte, La Notte (1984), qui fut déjà un succès.

Emotion intense et salle gagnée en un instant quand retentissent les premières notes de Satori Theme. Daho monte sur scène en costard avec des lunettes noires qu’il garde pendant quelques morceaux avant de se rendre compte qu’il aurait dû les enlever.

S’en suit Epaule Tatoo, tube s’il en est, et la soirée est lancée. Les autres chansons phares de l’album sont Tombé pour la France et Duel au Soleil. Mais pour une fan comme moi, il y a d’autres morceaux marquants : Quelqu’un qui me ressemble, Paris Le Flore et même le naïf Mieux que moi.

C’est l’occasion pour Daho de raconter quelques anecdotes sur Pop Satori, de saluer Jérôme Soligny, compositeur de Duel au soleil, ou d’inviter sur scène Arnold Tuboust, qui a co-produit l’album et composé une partie des musiques.

Pour le rappel, Etienne et ses musiciens interprètent Soleil de minuit, musique du film Désordre (1986) d’Olivier Assayas, qui aurait dû être sur l’album, et une reprise d’Epaule Tatoo, pour ne pas se quitter trop vite.

Etienne a vieilli. Bien vieilli, sûrement, mais il a vieilli. Sa voix n’était pas au top, même si elle était nettement plus dense et maîtrisée qu’à l’époque de l’album. Daho a eu des problèmes de santé en 2013, qui l’ont obligé à retarder la sortie des Chansons de l’innocence retrouvée. Il bougeait moins sur scène, mais finalement il en fallait peu pour communiquer sa chaleur à un public ravi, car Daho a acquis un puissant charisme au fil des années. On le sent à la fois gagné par le trac (en lui sommeille un perfectionniste) et apaisé, comme s’il rentrait chez lui.

Set list

Satori Theme
Epaule Tatoo
Paris Le Flore
Pop égérie O.
Quelqu’un qui me ressemble
Tombé pour la France
4 000 années d’horreur
Mieux que moi
Pari à l’hôtel
Duel au soleil
Satori pop century
Late night

Rappel :
Soleil de minuit
Epaule Tatoo

Mardi 8 juillet : Tombés pour la France – Salle Pleyel

La salle Pleyel est un choix étrange pour un festival pop et le public assis fut bien difficile à chauffer. Les artistes s’enchainaient sur scène et Lou Lesage passait des morceaux pour assurer les transitions. Cela n’empêchait pas l’ambiance de retomber un peu entre chaque morceau.

Les chansons interprétées piochaient dans la discographie de Daho, celles des invités, mais aussi des artistes qui ont accompagné ses débuts, la génération des « jeunes gens modernes » : Elli Medeiros, Jacno, Daniel Darc, Marie et les garçons, etc.

Parmi les invités, des artistes que Daho a défendus comme Lou Doillon ou Yan Wagner, l’équipe du label Pop Noire (John & Jehn, Lescop), l’ami Dominique A et des musiciens dont je ne connais pas le lien personnel avec Daho, mais dont ils partagent clairement l’univers.

Les artistes défilent sur scène sans commentaire, à part Lou Doillon qui explique son choix de jouer un de ses nouveaux morceaux seule à guitare en disant, que pour remercier Daho, elle a décidé de faire ce qui l’effrayait le plus. C’est sûr que reprendre Tombé pour la France comme Aline récolte bien plus facilement l’adhésion du public. La reprise électro new wave minimaliste de Week-end à Rome par John & Jehn m’a surprise : on ne sentait pas trop le soleil de l’Italie, là. Cela fait néanmoins plaisir de les retrouver ensemble sur scène, car depuis le succès de Savages, le nouveau groupe de Jehn, on pouvait penser que John & Jehn était de l’histoire ancienne. J’ai trouvé The Pirouettes et Perez très intéressants, car ils se réappropriaient habilement l’héritage « jeunes gens modernes ».

Le concert s’achève sur En Surface, interprété par Daho et Dominique A, avec tous les musiciens qui dansent sur scène, ce qui ne colle pas trop avec le sens de la chanson, mais ça fait tellement plaisir de l’entendre que l’on ne s’en plaindra pas.

Ca manquait un peu d’énergie, et c’est dommage que le public ne se soit levé qu’au dernier morceau. C’était un concert OVNI, comme l’a dit Daho, touchant et brouillon, malgré une mise en scène soignée, avec des films magnifiques avec les visages des artistes. Et la coordination musicale d’Edith Fambuena, discrète à la guitare, mais surveillant les aller et venues de chacun.

Ce qui ressort des chansons choisies est le contraste entre des musiciens post-punk, inspirés de la new wave la plus sombre, et les paroles naïves, qui content des bluettes où l’on ose à peine toucher l’autre.

Set list

Lou Lesage DJ Set
François & The Atlas Mountains – Le Grand Sommeil (Etienne Daho)
Aline – Tombé pour La France (Etienne Daho)
Yan Wagner – Les nuits de pleine lune (Elli & Jacno)
Lescop & Etienne Daho – La Ville (Daniel Darc)
Dominique A – Je t’aime tant (Jacno)
Lescop & Calipso Valois – Duel au soleil (Etienne Daho)
Mustang – Je t’ai toujours aimée (Polyphonic Size)
John & Jehn – Week-end à Rome (Etienne Daho)
Lou Doillon – Weekender Baby (Lou Doillon)
The Pirouettes – Le dernier métro (The Pirouettes)
Perez – Une autre fois (Perez)
Poni Hoax – Eddie S. (Etienne Daho)
La Femme & Patrick Vidal – Rien à dire (Marie et les garçons)
Etienne Daho & François & The Atlas Mountains – Les lueurs matinales (Etienne Daho)
Etienne Daho & Dominique A – En Surface (Etienne Daho)

Festival Roulez Jeunesse à Lyon

Roulez Jeunesse

L’association Roulez Jeunesse lance un concept très original : un festival autour du vélo et de la musique, dont ce sera la première édition, le samedi 7 et le dimanche 8 juin prochains à Lyon.

Au programme concernant le vélo : tournoi de bike polo, initiation au BMX, mini-vélo du vélo, etc.

Et pour la musique : beaucoup de petits groupes français, comme Thylacine, Bodybeat ou Fancy. Mais aussi quelques noms qui me sont plus familiers : le hip hop triste du Versaillais Klub des Loosers, la shoegaze des New-Yorkais The Pain Of Being Pure At Heart ou l’attitude destroy des Canadiens de Duchess Says.

Toutes les infos sont sur le site de Roulez Jeunesse.

C’est aussi l’occasion de regarder de nouveaux les clips avec des vélos.

Christine and The Queens en concert à France Inter

Christine and The Queens à France Inter

France Inter a organisé un concert spécial pour faire découvrir le premier album de Christine and The Queens à ses auditeurs. La radio a invité l’artiste à interpréter l’intégralité du disque Chaleur Humaine, qui va paraître lundi 2 juin, en direct sur ses ondes et devant quelques privilégiés, donc j’étais.
C’était aussi l’occasion d’étrenner la nouvelle installation sonore du studio Charles Trenet de la Maison de la radio, qui permet un meilleur rendu en volume et d’immerger le public dans le son.

Les titres joués :
iT
Saint Claude
Christine
Science Fiction
Paradis Perdus
Half Ladies
Chaleur Humaine
Narcissus Is Back
Ugly-Pretty
Nuit 17 à 52
Here

Parmi eux, des mélodies familières : Saint Claude, le dernier single, racontant un transport amoureux. Nuit 17 à 52, ballade phare de l’EP sorti en 2013. Narcissus Is Back, morceau défendu de longue date par Les Inrocks. iT, sorte de profession de foi (« I’m a man now »). Surprise de reconnaître en Christine une nouvelle version en français de Cripple. Et enfin, on allait presque l’oublier alors qu’elle donne son nom à l’album, Chaleur Humaine, une chanson laissée de côté dans les récents concerts, pour mieux prendre la place qu’elle mérite sur le disque.

Finalement, peu de découvertes sur l’album pour ceux qui suivent Christine and The Queens de longue date. J’ai hâte de réécouter les nouveaux titres pour m’en faire une idée plus précise.

Héloïse Lhetissier était entourée de deux musiciens – l’un aux samples et aux machines et l’autre à la basse – et de deux danseurs. Parlons des chorégraphies, qui semblent chagriner certains. Oui, c’est r’n'b, inspiré de Michael Jackson ; oui, c’est surprenant sur des chansons intimistes ; oui, c’est travaillé et étudié ; non, ce n’est pas « pas sincère ». On voit bien que Christine est une bosseuse et ce concert en particulier se prêtait à une interprétation maîtrisée et, là-dessus, l’artiste a progressé, ne délaissant plus la technicité vocale quand elle partage son énergie avec le public.

Le lieu a donné des ailes à Christine and The Queens et l’audience était conquise. Le concert fut magique. On souhaite longue route à Chaleur Humaine.

Les Femmes s’en mêlent 2014 – La programmation

Festival Les Femmes s'en mêlent 2014

Ca y est le festival Les Femmes s’en mêlent commence ! Voici notre sélection.

Le Prince Miiaou (France – rock)
Un nouvel album en poche, Le Prince Miiaou est prête à défendre ses chansons pop rock intimistes et énervées à coups de basse ou de flûte à bec. Elle a peut-être oublié de se remettre au sport avant le début de sa tournée, mais elle ne manque pas d’énergie.

Mercredi 19 mars à Tours
Mercredi 26 mars à Nantes

Anna Aaron (Suisse – pop)
Promenade pop et poétique en bonne compagnie (David Kosten, Jason Cooper, Ben Christopher…), l’album NEURO nous permet de faire plus ample connaissance avec la Bâloise Anna Aaron.

Jeudi 20 mars à Lille
Vendredi 21 mars au Havre
Samedi 22 mars à Paris
Mercredi 26 mars à Hyères
Vendredi 28 mars à Rezé
Samedi 29 mars à Clermont-Ferrand

Kandle (Canada – folk)
La jeune Kandle nous entraîne dans un ouest mythique avec son blues folk, à la fois rustique et élégant, évoquant les grands espaces et pourtant très sombre.

Vendredi 21 mars au Havre
Samedi 22 mars à Paris
Lundi 24 mars à Bordeaux
Vendredi 28 mars à Carouge
Mardi 1er avril à La Rochelle

Kadebostany (Suisse – électro)
Kadebostany est la fanfare nationale d’un pays imaginaire, qui joue une électro pop marquée par la musique des Balkans.

Vendredi 28 mars à Sannois

Laura Mvula et AlunaGeorge en concert

Festvail Les Inrocks 2013

Très belle affiche au festival des Inrocks le dimanche 10 novembre 2013 à La Cigale avec une belle place pour la pop à tendance r’n'b : Laura Mvula, AlunaGeorge, Christine and The Queens et MØ.

D’une manière générale, l’énergie ne manquait pas sur scène. était en mode gamine énervée, sautant dans tous les sens, agitant furieusement sa longue natte, voire se roulant par terre.

La prestation de Christine & The Queens était plutôt sans surprise pour ceux qui ont vu ses derniers shows. Le bassiste a été remplacé par une batteuse, mais tout le reste de la musique est assuré par une bande son. Christine & The Queens a de nouveau fait appel à des danseurs pour dynamiser l’ensemble et habiller cette scène un peu vide. Nous avons eu le droit à un nouveau titre en français dont le nom reste inconnu pour le moment. Le morceau qui marchait le mieux est Nuit 17 à 52 et c’était également le plus attendu.

Mais, aucun doute là-dessus, c’est pour AlunaGeorge que le public était là. Il s’est embrasé lorsque Aluna Francis et George Reid sont arrivés sur scène accompagnés d’un batteur et d’un bassiste. La foule s’est vite mise à danser. Impossible de résister au groove stylé qui se dégage des tubes du bien nommé Body Music, premier album du duo britannique. Aluna, à la silhouette de liane, a mené le show. La chanson la plus irrésistible pour les pieds était You Know You Like It, mais c’est Your Drums, Your Love qui a été choisie pour clore le set.

La salle s’est malheureusement un peu vidée avant l’arrivée de Laura Mvula. Il faut dire que la néo-soul de la chanteuse de Birmingham est un peu calme pour un public chauffé à blanc. Laura Mvula propose une soul jazz classieuse, accompagnée d’une contre-basse, d’un violoncelle, d’un violon, d’une harpe et d’une batterie. Elle joue elle-même du clavier sur certains morceaux. J’ai particulièrement apprécié le morceau Let Me Fall qui n’est pas sur l’album Sing To The Moon. Le set est passé très vite et était probablement le plus court de la soirée.

Courtney Barnett en concert : des places à gagner

Courntey Barnett en concert

Courtney Barnett sera en concert le 26 octobre à Paris. J’avais beaucoup aimé l’EP I’ve Got a Friend Called Emily Ferris de cette jeune Australienne, dont les mélodies rock et folk surprenantes m’avaient enthousiasmée.

Elle vient de sortir un nouvel album, A Sea of Split Peas, qui regroupe ses 2 EP How To Carve A Carrot Into A Rose et I’ve Got a Friend Called Emily Ferris. On y retrouve notamment Canned Tomatoes (dans la playlist de février), History Eraser (dans les clips avec des vélos) et Avant Gardener (ci-dessous).

Alias Production et Clumsybaby vous proposent de gagner des invitations pour le concert qui aura lieu à La Flèche d’or à Paris. Pour cela, envoyez un email à contact@clumsybaby.fr en précisant dans l’objet : Concert Courtney Barnett.

Les festivals Les Inrocks 2013

Festvail Les Inrocks 2013

Comme tous les ans, on retrouve le festival des Inrocks Paris, mais aussi à Toulouse, Bordeaux, Nantes, Caen, Nancy et Tourcoing. Je ne traiterai ici que des dates parisiennes. Les concerts les plus alléchants sont notés avec des petits plus « + ». Et vous retrouverez des liens vers les artistes déjà évoqués sur ce blog.

Mardi 5 novembre – Eglise Saint-Eustache

  • Keaton Henson

Mercredi 6 novembre – L’Olympia

  • Major Lazer
  • Rocky
  • HollySiz

Jeudi 7 novembre – La Cigale – Carte Blanche Domino

  • Austra (Canada – électro pop dark). Voir le clip de Beat And The Pulse
  • Petite Noir (Afrique du Sud – cold wave)
  • Matthew E. White
  • The Amazing Snakeheads

Jeudi 7 novembre – La Boule Noire – Kitsuné Maison en Vrai! #14

  • Swim Deep
  • Portland
  • Years & Years

Jeudi 7 novembre – Palais de Tokyo

  • Gesaffelstein & friends (DJ SET)

Vendredi 8 novembre – La Cigale +

  • Suuns (Canada – rock)
  • These News Puritans (Royaume-Uni – rock expérimental)
  • Papa
  • Young Fathers

Vendredi 8 novembre – La Boule Noire

  • Sir Sly
  • Troumaca (Royaume-Uni – pop estivale)
  • Sivu

Samedi 9 novembre – La Cigale +

  • Valerie June (Etats-Unis – folk soul)
  • Jacco Gardner (Pays-Bas – pop expérimentale)
  • London Grammar (Royaume-Uni – pop minimaliste). Voir le clip de Wasting My Young Years.
  • Lucius

Samedi 9 novembre – La Boule Noire

  • Deptford Goth
  • Arthur Beatrice
  • Sohn

Dimanche 10 novembre – La Cigale +++

  • Laura Mvula (Royaume-Uni – pop soul)
  • Alunageorge (Royaume-Uni – new r’n'b et pop). Voir le clip de Your Love, Your Drums.
  • Christine And The Queens (France – électro pop soul). Voir le clip de Nuit 17 à 52.
  • (Danemark – électro pop). Voir le clip de Waste Of Time

Dimanche 10 novembre – La Boule Noire

  • Drenge
  • Casual Sex
  • Findlay

Lundi 11 novembre – La Cigale

  • Suede (Royaume-Uni – brit pop)
  • Temples
  • Teleman

Mardi 12 novembre – Le Zénith

  • Foals
  • Breton
  • Everything Everything

Chlöe Howl en concert au Nuba

Chloe Howl

La jeune chanteuse britannique Chöe Howl était en concert au Nuba à l’occasion la soirée Kitsuné / Petit Bateau.

Le concert a commencé avec sur scène un guitariste/claviériste, une bassiste et un batteur. Au bout de quelques notes, Chlöe Howl est sorti du public et a bondi sur scène pour démarrer par le single Rumours. La chanteuse ne manque pas d’énergie, ni de talent. Elle portait une robe marinière blanche et bleue dont on devine l’origine et des Doc Martens. Hey, Chlöe, tu ne serais pas British ?

La chanteuse s’est montrée à l’aise devant un public pourtant plus composé de professionnels que de fans. Il y avait néanmoins au premier rang les mannequins Petit Bateau pour faire la clappe. Chlöe Howl a un charme effronté et juvénile. Son air canaille donne un peu d’étoffe à ses chansons pop rock. Le son n’était pas très bon et on entendait malheureusement pas bien les paroles qui sont souvent caustiques.

En plus du single No Strings, on notera le potentiel tubesque de Paper Heart (c’est sûrement les arpèges de clavier qui me font dire ça) et This Song Is Not About You.

Le concert fut court, mais cela vallait mieux à une soirée pro où les convives avaient envie de profiter de la belle terrasse du Nuba.

Set list : Rumors, Bad Dreams, Girls and Boys, In The Ocean, India, I Wish I Could Tell You, Paper Heart, No Strings, This Song Is Not About You

Sony annonce un album pour janvier avec un producteur ayant travaillé avec Adele et Lilly Allen. Patience…