Archive for the ‘ Hip hop ’ Category

Il ne faut pas confondre Fauve et Fauve ≠

Fauve

Fauve est le projet solo du Suisse Nicolas Julliard mêlant pop et bricolages électro.
Clocks ‘n’ Clouds est son 2e album sorti en 2011.

Site officiel de Fauve

Fauve ≠

Fauve ≠ est un collectif français mêlant pop poétique et « spoken word ».
Un EP est en préparation pour le printemps.

Site officiel de Fauve ≠

Azealia Banks – 212

Azealia Banks

Azealia Banks est drôle et sexy, mais c’est surtout une excellente rappeuse dont les textes sont… euh… un brin osés et vulgaires, mais on lui pardonne. Elle s’est faite connaître avec le titre 212 en 2011 et elle a sorti de nouveaux titres en 2012 qui devraient déboucher rapidement sur un album.

Plus d’infos sur Azealia Banks

Site officiel de Azealia Banks

Random Recipe – Shipwreck

Le groupe de Montréal Random Recipe est un des chouchous de la scène indé canadienne, connu pour ses performances improvisées dans des endroits improbables. Son premier album Fold It! Mold It!, sorti en 2011 au Canada, est enfin commercialisé en France depuis fin janvier 2012. C’est le moment de découvrir des chansons qui mélangent hip hop, pop et électro, interprétées par la chanteuse Frannie et de la rapeuse Fab.

Plus d’infos sur Random Recipe

Page Myspace de Random Recipe
Site officiel de Random Recipe
Lire l’article Random Recipe « Shipwreck » sur OWNI.

De Jeugd Van Tegenwoordig – Elektrotechnique

De Jeugd Van Tegenwoordig (La jeunesse d’aujourd’hui) est un groupe de hip hop néerlandais. Il s’est fait connaître en 2005 avec le titre Watskeburt (Wassup) qui a fait un carton aux Pays-Bas.

De Jeugd Van Tegenwoordig est revenu fin 2010 avec De Lachende Derde, un album nettement plus électro, dont Elektrotechnique est tiré. Le groupe est réputé pour ses jeux de mots en néerlandais et ses néologismes. Dommage qu’on passe à côté.

Plus d’infos sur De Jeugd Van Tegenwoordig

Page Myspace de De Jeugd Van Tegenwoordig
Site officiel de De Jeugd Van Tegenwoordig
Découvert sur le site Music Video of The Day

Demain, une chanson en turc.

Steff la Cheffe – Im Momänt

Cette semaine, je vous propose un thème pour voyager en musique : un jour, une langue. Pour commencer en douceur, une tête connue : Steff la Cheffe, la jeune rappeuse suisse, championne de beatbox.

Voici Im Momänt, un nouvel extrait de son premier album Bittersüessi Pille. Et, oui, c’est toujours en suisse alémanique.

Plus d’infos sur Steff la Cheffe

Site officiel de Steff la Cheffe (en allemand uniquement)

Demain, une chanson en arabe.

Big Zis – Prrrdy

Avec Steff la Cheffe et Sophie Hunger, nous avons commencé en 2010 à nous réconcilier avec le suisse alémanique. A en croire Le Courrier, c’est vers le rap qu’il faut se tourner si on veut entendre chanter en suisse alémanique, car les artistes rock et pop écrivent en anglais. Et toujours d’après Le Courrier, c’est Big Zis « la seule reine actuelle du milieu ».

Big Zis dans le clip de Ich schwöör

Big Zis, Franziska Schläpfer de son vrai nom, n’est effectivement pas une débutante. A 34 ans, elle a déjà une belle carrière derrière elle et elle a sorti en 2009 son 3e album, Und jetzt… was hät das mit mir z tue?. Et l’article du Courrier raconte que Big Zis a vécu à 16 ans dans les squats de Zurich, qu’elle a été freegan avant l’heure, qu’elle a une formation en charpenterie et qu’elle a sorti son premier maxi en 2001.

Big Zis est réputée pour ses mots qui sonnent comme une évidence. Malheureusement, je n’en profite pas, car je ne comprends quasiment rien… Mais, par contre, son humour transparaît dans ses vidéos et on voit qu’elle ne prend rien au sérieux : ni le rap, ni les clichés et encore moins elle-même.

Prrrdy

La chanson Prrrdy est pour moi représentative du style de Big Zis : festive, dansante, rythmée et pleine d’humour.

Ich schwöör

Ich schwöör : du rap et du rock… et la banane !

Biberräis

Biberräis avec la participation de Sophie Hunger et d’un castor (son animal totem).

Wott nur tanze

Wott nur tanze est une version electro clash et en allemand du John, I’m Only Dancing de David Bowie.

Plus d’infos sur Big Zis

Page Myspace de Big Zis
Site officiel de Big Zis
Découvert grâce à SuperConnasses

Something A La Mode et K. Flay – 5 AM

Thomas Roussel et Yannick Grandjean du groupe Something A La Mode se sont rencontrés au conservatoire de Dijon, alors qu’ils apprenaient le violon et le violoncelle. Passionnés d’électro, ils ont formé le duo Something A La Mode qui utilise les musiques électroniques et les musiques symphoniques. C’est rare d’entendre des artistes citer dans leurs influences Daft Punk, Mirwais, Fauré et Stravinsky !

Je trouve que ça fonctionne bien, en particulier dans cette collaboration avec K. Flay, une musicienne vivant à Los Angeles, qui mélange hip hop, électro et rock indé. Dans la vidéo de 5 AM, Something A La Mode et K. Flay errent dans New York jusqu’à 5 heures du mat’.

Plus d’infos sur Something A La Mode et K. Flay

Page Myspace de Something A La Mode
Site officiel de Something A La Mode
Page Myspace de K. Flay

Twin Twin en concert aux 3 Baudets

Le 3 septembre, la salle les 3 Baudets a laissé carte blanche au groupe Twin Twin.

Twin Twin

J’ai également eu la chance de voir Twin Twin en showcase à Rock en Seine, devant une cinquantaine de personnes à tout casser, et j’avais envie de renouveler l’expérience.
Twin Twin en concert à Rock en Seine
Twin Twin en concert à Rock en Seine

La salle des 3 Baudets est petite, mais elle était pleine à craquer et il devait bien y avoir 200 personnes. Les Twin Twin ont débarqué sur scène avec les tenues abracadabrantes qu’ils affectionnent, conçues par Andréa Crews. Ils ont joué le même set de 30 minutes qu’à Rock en Seine. Ils ont attaqué avec un ZXR « trop crasse, trop vénère », où François Djemel, le bassiste, agite un drapeau, pendant que Lorent Idir, au chant, encourage le public à sauter sur place. Ce n’était pas gagné, car la disposition de la salle obligeait une partie du public à rester assis, mais cela n’a pas empêché les gens de danser dans les coins et même sur leurs fauteuils, entraînés par le rythme des tubesques By My Side et Generation Go Fast.

Les Twin Twin ont une présence incroyable sur scène. Leur énergie et leur excentricité séduisent d’emblée. On s’amuse de leur look improbable, de leurs chorégraphies et on dodeline de la tête après quelques mesures. Puis on est conquis par les chansons aux textes forts, bien écrites et traitant de thèmes faciles à s’approprier : solitude, place dans la société, désamours, rage de s’en sortir. Le concert finit par un moment plus lent et franchement mélancolique, qui parle du temps qui passe, sur lequel Patrick Biyik, le beatboxer, fait une imitation impressionnante d’une scie musicale. Twin Twin ? Oh yeah !
Page Myspace de Twin Twin

Les invités

Les premiers invités sont les parisiens de Pollux from Rio, de jeunes gens qui font de la pop rock et qu’on imagine commencer à jouer de la musique après avoir écouté le premier album de Franz Ferdinand. Les Pollux from Rio sont un peu maladroits sur scène, mais généreux avec un public qui n’est pas venu pour eux.
Page Myspace de Pollux from Rio

La chanteuse Owlle vient présenter 2 chansons de son tout nouveau projet. La jeune femme est seule en scène avec son sampleur. Elle joue une pop electro douce et intimiste. La voix et les mélodies sont magnifiques. L’accompagnement n’est pas terrible, par contre – cela rend mieux sur les démos disponibles sur son Myspace.
Page Myspace de Owlle

Je n’ai pas pu rester, mais le reste de la soirée était alléchant : Vincha Backpaper (rap humoristique, chanson à texte et rock manouche) et Lexicon (hip hop et electro).
Site officiel de Vincha Backpaper
Page Myspace de Lexicon