The Knife sortira Tomorrow, In A Year

Bonne nouvelle, le groupe The Knife a décidé de sortir en double album la musique composée pour l’opéra Tomorrow, In A Year. Sortie du disque prévue le 1er mars.
C’est l’occasion de s’écouter le titre Colouring Of Pigeons dans sa version interprétée par Karin Dreijer Andersson.

Sélection de liens : condition féminine en Afrique, alimentation, sociologie, science et cinéma

Le président de l’Afrique du Sud se marie pour la 5e fois (Rue89)

Des producteurs de raisin de table attaquent en justice une association de lutte contre les pesticides pour « dénigrement » (Rue89)

Petite histoire de l’échange de cadeaux à Noël (Alternatives économiques)

Une illustration rigolote explique la gravité des planètes du système solaire (XKCD – en anglais via Ecrans)

48 masques tirés de films « cultes » rassemblés par l’illustrateur Adrian Pavic (via Gabyu)

Miike Snow – Silvia

J’avais déjà parlé de la très belle chanson Silvia. Elle a désormais un clip puisqu’elle sera le prochain single de Miike Snow qui est annoncé pour le 25 janvier 2010. Le clip a été réalisé par Marcus Söderlund et son ambiance rappelle le film La Route.

Le docteur Watson est-il un petit gros ?

Vous savez sûrement qu’un nouveau film sur Sherlock Holmes va bientôt arriver sur les écrans. La sortie française sera le 3 février 2010. Cette nouvelle version des aventures du détective le plus célèbre de tous les temps met en scène deux acteurs que j’aime bien : Robert Downey Jr (Sherlock Holmes) et Jude Law (Dr Watson).

Avec quelques amis, nous nous sommes posé une grande question : Jude Law peut-il jouer Watson ?

Jude Law en Dr Watson

Jude Law en Dr Watson

Nous avons évoqué les différentes incarnations de Watson dont nous nous souvenions, et il est toujours représenté comme un petit rondouillard. Est-ce vraiment ainsi qu’il est décrit dans les livres originaux ?

Sherlock Holmes et le Dr Watson chez Miyazaki

Sherlock Holmes et le Dr Watson chez Miyazaki

Watson et Holmes (Tom Baker et Terence Rigby  dans Le Chien des Baskervilles, en 1982)

Watson et Holmes (Tom Baker et Terence Rigby dans Le Chien des Baskervilles, en 1982)

Sur le site de la BBC 4, on peut voir une galerie de photos extraites de différentes films britanniques sur Sherlock Holmes. Malheureusement, il n’y en a que pour lui, et très peu pour Watson…

Il semblerait que cette image soit très loin de la description du personnage faite par Conan Doyle. Dans sa première apparition, dans le premier chapitre d’Une Etude en rouge, le docteur John Watson vient de rentrer d’Afghanistan où il était médecin militaire. Il a été malade pendant des mois : il a d’abord été blessé par une balle à l’épaule pendant la bataille de Maiwand, puis, pendant sa convalescence, il a contracté la fièvre entérique. Il s’en sort, mais à son retour, il est décrit comme « aussi mince qu’une latte et aussi brun qu’une noix ».

On peut imaginer que, la santé lui revenant et les années passant, le Dr Watson s’est étoffé, mais peut-être pas au point d’être systématiquement représenté par un petit gros.

Même si j’ai hâte de voir le film, je pense qu’il ne réjouira pas les puristes. A voir la bande-annonce, on dirait du James Bond en costumes d’époque, avec des cascades ridiculement non crédibles. Du grand spectacle et du grand n’importe quoi.

Emilie Simon, Ebony Bones et The Noisettes à La Musicale

J’ai assisté à l’enregistrement de l’émission La Musicale animée par Emma de Caunes. L’émission sera diffusée le lundi 21 décembre 2009 à 20 h 50 sur Canal Plus.

C’était une émission « spécial filles » avec comme invités : Alicia Keys, Emilie Simon, Ebony Bones, The Noisettes et Imany. On pourrait même dire une émission spécial belles filles car toutes les chanteuses étaient splendides, quoique pour Ebony Bones, je m’avance un peu car c’est difficile de se faire une idée vu l’épaisseur du costume et du maquillage. Le thème aurait aussi pu être New York, comme vous allez le voir.

Alicia Keys

Alicia Keys était la star de la soirée. J’étais surprise de la manière dont elle fut accueillie par la foule en délire, mais, après tout, la demoiselle remplit Bercy. On peut donc s’attendre à ce qu’elle ait quelques fans. Alicia Keys est irréprochable : très professionnelle, généreuse avec le public et foutue comme une déesse (sa robe était euh… décolletée). Mais je ne suis pas fan de sa musique. Alors, oui, j’ai de la sympathie pour son titre Empire State of Mind, qui fait l’éloge de sa ville natale, New York. Mais ça s’arrête là. Passons à la suite.

Emilie Simon

C’est pour Emilie Simon que j’étais là. Elle a chanté Rainbow, Dreamland, Ballad Of The Big Machine et Rocket To The Moon. Elle a assuré, malgré les conditions pas franchement idéales : les gens étaient surtout là pour Alicia Keys et, pendant sa première chanson, la troupe d’Ebony Bones s’installait et cette bande de fous furieux peut détourner l’attention. Emilie Simon a répondu avec un petit sourire timide à Emma de Caunes qui l’interrogeait sur son processus créatif et sur sa nouvelle vie à New York, où elle s’est installée pour écrire son dernier album. Le discours d’Emilie Simon est rodé à présent. Pour ceux qui ont lu ces dernières interviews, en particulier celle accordée aux Inrocks, pas de grandes révélations en perspective.

Ebony Bones

Bien que la musique d’Ebony Bones rappelle celle de Janelle Monae, je n’accroche pas trop. Mais je dois reconnaître que cela vaut le coup d’oeil en live. Ebony Bones était là avec toute sa troupe : 2 choristes, un batteur, un guitariste et 2 cuivres – je n’ai oublié personne ? Tous costumés de façon surprenante avec des imprimés improbables et colorés et des maquillages clownesques. Quant à Ebony Bones, elle disparaissait sous son étrange costume et sous l’énorme perruque frisée. Et quand tout ce petit monde se met à jouer, à chanter et à danser, c’est sacrément impressionnant.

The Noisettes

The Noisettes sont une sensation british et croquante de la blogosphère. Ils ont joué leur tube Don’t Upset The Rhytm et la chanson rétro Never Forget You et c’était bien plaisant. The Noisettes sont emmenés par la sexy Shingai Shoniwa, qui bougeait beaucoup malgré sa longue robe à paillettes. J’ai soupçonné la belle d’être une pote de Skin de Skunk Anansie quand elle a commencé à grimper sur les échafaudages du plateau.

Imany

Imany a été la surprise de la soirée. Je ne connaissais pas l’artiste, mais je connaissais la femme sous le nom de Nadia, en tant que camarade du lycée. Je l’avais complètement perdue de vue et j’ai appris grâce à l’interview d’Emma de Caunes que c’est à New York qu’elle avait disparu. Elle y a chanté dans les bars, mais elle revient en France pour continuer sa carrière de chanteuse. Imany a une superbe voix grave et elle chante ses compos soul et pop accompagnée d’un guitariste. L’ami qui m’accompagnait a avoué que ça lui donnait des frissons… A suivre !

Jacno – Le Sport

Découverte du jour, cette étrange chanson de Jacno, Le Sport.

Le sport peut provoquer une mort lente et douloureuse.
Sport kann zu einen langsamen und schmerzhaften Tod führen.
Le sport nuit gravement à votre entourage.
Le sport provoque des maladies mentales.
Le sport, c’est de la merde.

Bon, après, faut-il écouter les conseils d’un mec qui est mort du cancer à l’âge pas du tout canonique de 52 ans ?

Oui, parce que c’est drôle.

En complément, plein d’infos sur le bonhomme Jacno sur le site de La revue des ressources.

Florence and The Machine et Fanfarlo au Festival des Inrocks 2009

Après une longue quête, j’ai fini par trouver une place pour le concert du samedi 7 novembre 2009. Et chance, il s’agissait d’un pass donnant accès à La Cigale et à La Boule Noire, permettant de voir les concerts dans les deux salles. Les concerts étaient censés être décalés pour permettre de voir tous les artistes. Au final, j’ai pu voir des bouts de tous les concerts, mais j’ai dû faire un choix. Et le choix, c’est clairement porté sur la merveilleuse Florence Welch de Florence and The Machine.

The Popopopops (La Cigale)

The Popopopos à La Cigale

The Popopopos à La Cigale

Les Rennais de The Popopopops sont jeunes. « Mais ils ont 14 ans ! », s’exclame mon voisin. Mais ils sont charmants, ils s’amusent sur scène et ils ont de bonnes chansons, alors on peut leur pardonner.

Two Door Cinema Club (La Cigale)

Two Door Cinema Club au Festival des Inrocks

Two Door Cinema Club au Festival des Inrocks

Les Two Door Cinema Club ont fait très bonne impression lors de l’ouverture du festival des Inrocks le 3 décembre. Du coup, ils ont été appelés pour remplacer au pied levé La Roux qui a dû annuler pour cause d’extinction de voix. Les Two Door Cinema Club sont jeunes, eux aussi, mais ils ont la patate et plein de tubes en réserve. J’avais parlé trop vite en disant que je ne les connaissais pas puisque ce sont eux les interprètes de Something Good Can Work, chanson que j’avais déjà repérée.

Lissy Trullie (La Cigale)

Lissy Trullie au Festival des Inrocks

Lissy Trullie au Festival des Inrocks

Lissy Trullie fait du bon rock de fille, mais ce n’est pas une bête de scène. J’étais contente d’entendre sur scène Ready For The Floor, mais ce n’est pas une chanson faite pour déchaîner les dance floors.

Josh Weller (La Boule Noire)

Josh Weller au Festival des Inrocks

Josh Weller au Festival des Inrocks

© Jean-Sébastien Zanchi – Le HibOO

Josh Weller, avec sa coiffure en hauteur et son nœud pap’, installe le personnage. A côté de son micro se trouvait un panier plein de percussions improbables. Josh joue au pitre et fait participer le public à coup de claquements de doigts et de chœurs. J’ai aussi aimé ses chansons, que je ne connaissais pas du tout et qui parlent de la difficulté d’être un bon boyfriend et puis, de toute façon, les relations amoureuses, c’est pas facile. Bref, c’est de la pop !

Florence and The Machine (La Cigale)

Florence Welch et un dessin de Castelbajac en hommage à Jacno

Florence Welch et un dessin de Castelbajac en hommage à Jacno

Florence and The Machine a ravagé La Cigale avec sa voix puissante. Sur les chansons de l’album, on entend bien que Florence Welsh a une magnifique voix soul. Mais sur scène, les amis, c’est multiplié par dix. Sa voix puissante et chaude a rempli la salle, ne laissant plus de place aux instruments qui l’accompagnaient. Il y avait bien une harpe sur scène, mais, franchement, je l’ai à peine entendue.

Amanda Blank (La Boule Noire)

Amanda Blank au Festival des Inrocks

Amanda Blank au Festival des Inrocks

© Jean-Sébastien Zanchi – Le HibOO

Je n’ai pas accroché à la musique d’Amanda Blank. Pourtant, la demoiselle s’en donnait à cœur joie, très généreuse de sa personne dans son mini short. Mais même son tube Might Like You Better ne m’a pas emballé. Tant pis.

Passion Pit (La Cigale)

Passion Pit au Festival des Inrocks

Passion Pit au Festival des Inrocks

Les pauvres Passion Pit se retrouvent en tête d’affiche après l’annulation de La Roux et ont la rude tâche de passer après Florence and The Machine. Désolée de dire qu’ils ne sont pas à la hauteur. La petite voix de tête de Michael Angelakos couverte par les autres instruments va avoir du mal à faire oublier Florence. Du coup, je ne suis pas restée et j’ai filé voir Fanfarlo.

Fanfarlo (La Boule Noire)

Fanfarlo au Festival des Inrocks

Fanfarlo au Festival des Inrocks © Vivien – Le HibOO

J’avais déjà parlé du groupe Fanfarlo dans un billet précédent sur leur chanson I’m A Pilot. Ils forment une belle équipe sur scène et sont très chaleureux avec le public. J’ai apprécié la variété des arrangements à voix et instruments multiples : violon, xylophone, banjo, cuivres… Ils ont créé une ambiance très agréable à La Boule Noire.

Le résumé des Inrocks

Skunk Anansie en concert à l’Elysée Montmartre

Skunk Anansie en concert

© Rod – Le HibOO

Je n’avais jamais vu Skunk Anansie sur scène et j’espérais qu’ils assureraient. Mais ils ont fait bien mieux : ils ont démonté l’Elysée Montmartre. Skin est une folle furieuse, une boule d’énergie incontrôlable. En plus d’assurer une performance vocale impeccable, très proche des versions studios, Skin bouge. Oh, pas juste trois pas de danse, non. Alors, oui, elle danse, mais aussi, elle grimpe sur tous les amplis, elle slame dans la foule, elle fait l’aller-retour jusqu’à la régie au fond de la salle, elle se met debout, tenue à bout de bras par le public. Et le tout en chantant merveilleusement.

Skin prend toute la place, mais respect aux autres musiciens, qui se la jouent humbles et qui pourtant donnent tout. Ace à la guitare et Cass à la basse ont des partitions très complexes. Le batteur, Mark, est une machine et il a rapidement viré son-shirt. Mais on les oublie vite, conquis par Skin.

Skin était toute de paillettes vêtue, mais, elle aussi, a enlevé plusieurs couches. La salle était à fond, chauffée par les tubes du groupe et les interventions de Skin. Quelques salutations en français et des petites phrases provocs avant de débuter les chansons :

It’s a good thing that we play this new song in Paris, because it’s really all about… sex!

Skin a également commenté la reformation de Skunk Anansie en insistant sur le plaisir que le groupe a à rejouer ensemble. Et franchement, cela se voyait ! Ce plaisir était communicatif et les vieux fans (dont je fais partie) étaient ravis. Skunk Anansie a promis de revenir en France l’année prochaine. On y sera !

Setlist

Selling Jesus / Charlie Big Potato / Because of You / Charity / On Hundred Ways To Be A Good Girl / I Can Dream / I Don’t Want To Kill You / Weak / Brazen / Twisted / Cheap Honesty / On My Hotel TV / Tear The Place Up / The Skank Heads /
Rappel : Hedonism / Squander / Little Baby Swastikkka
Rappel : Secretly