Posts Tagged ‘ Les Femmes s’en mêlent 2010

Mes albums préférés de 2010

Difficile de faire une sélection, vu que j’ai écouté peu d’albums en entier et que je n’écoute pas systématiquement tous les groupes à la mode qui se retrouvent dans les tops. Alors voici, non pas les meilleurs albums de 2010, mais tout simplement les albums de 2010 que j’ai préférés et qui m’ont le plus marquée.

1983 de Sophie Hunger, pochette de l'album
1983 de Sophie Hunger
Sophie Hunger a été une révélation pour moi : j’ai été séduite par les chansons, l’univers et la personnalité de la jeune songwriter. J’aime qu’elle mélange la soul et le jazz au rock, j’aime qu’elle chante en parfois en anglais et parfois en allemand. Je suis charmée par sa voix et les arrangements de ses chansons.
Et bien sûr, Sophie Hunger est merveilleuse sur scène. Lire mon compte-rendu du concert de Sophie Hunger à l’Atelier en décembre 2010.
Time For The Devil de John and Jehn, pochette de l'album
Time For The Devil de John and Jehn
C’est au festival Les Femmes s’en mêlent que je dois la découverte du duo français John and Jehn. J’ai été convaincue par l’album Time For The Devil, dont les chansons pop sont très réussies et accrocheuses.
J’ai pu les voir 2 fois en concert en 2010 : au festival LFSM (super) et à la Flèche d’or (assez bien).
The Suburbs d'Arcade Fire, pochette de l'album
The Suburbs de Arcade Fire
Arcade Fire ne s’est pas fondamentalement renouvelé avec l’album The Suburbs, mais que de belles chansons ! Des atmosphères poignantes et lyriques, des textes émouvants et drôles parfois. Voilà un groupe qui n’a pas volé sa place de chouchou du rock indé.
Encore un groupe qui assure sur scène. Lire mon compte rendu du concert à Rock en Seine 2010.
Twin Twin, pochette de l'album
Twin Twin (EP) de Twin Twin
Je ne sais pas si on peut considérer cet EP comme un album à part entière, mais ce serait dommage de faire un best of 2010 sans parler de Twin Twin. Ce fut une surprise que ce groupe qui mélange hip hop, chanson française et électro. J’ai vu le groupe à Rock en Seine et aux 3 Baudets et ce fut les 2 fois un plaisir. Les Twin Twin ont un sens du spectacle et de la mise en scène et donnent des concerts festifs et travaillés. J’ai été emballée par leurs chansons aux mélodies qui donnent envie de danser et aux textes qui donnent envie de rêver.
Body Talk de Robyn, pochette de l'album
Body Talk de Robyn
J’attendais avec impatience l’album en 3 parties Body Talk, successeur du formidable album Robyn de 2007. Le nouvel album est plutôt bon, mais je ne le trouve malheureusement pas aussi original que le précédent. J’ai l’impression que Robyn ose un peu moins et qu’elle ne se renouvelle pas assez. Reste de bonnes chansons que j’ai eu beaucoup de plaisir à écouter.
Lire ce que j’ai pensé des titres Fembot, Dancing On My Own et Hang With Me.
Treats de Sleigh Bells, pochette de l'album
Treats de Sleigh Bells
Avec leur son hip hop, electro et grunge, les Sleigh Bells ont de quoi surprendre. J’ai bien aimé leurs mélodies sucrées sur fond de grosses guitares électriques.
C’est le seul groupe de ma sélection que je n’ai pas encore vu sur scène. Le groupe new-yorkais a prévu quelques dates en Europe en début d’année. Ce sera peut-être le moment de se rattraper. Il seront à Strasbourg le 7 février.
Écouter Crown On The Ground et lire ma présentation du groupe.

Et aussi en 2010

2010 fut aussi l’année des retours attendus, plus ou moins réussis, de plusieurs artistes que j’apprécie : Philippe Katerine, Skunk Anansie, Trent Reznor, Tegan And Sara, Goldfrapp, Alain Chamfort, Massive Attack.

Mes concerts préférés : Sophie Hunger à l’Atelier, Florence and The Machine au Bataclan et le festival Les Femmes s’en mêlent. La programmation du festival 2011 commence à être annoncée. Je vous en reparle bientôt.

Et pour 2011

Des nouveaux albums prévus pour The Do, The Kills, The Ting Tings, Lykke Li et PJ Harvey.

Et je conclus en vous souhaitant une bonne année 2011, pleine de chansons, de découvertes musicales, de concerts et de procrastination sur Internet !

Et vous, quels sont les albums qui vous ont le plus marqués en 2010 ?

Les Femmes s’en mêlent 2010 : MEN, Duchess Says, Tender Forever, Dance Yourself To Death

Concert à l’Alhambra le 2 avril 2010 dans le cadre du festival Les Femmes s’en mêlent 2010.

C’était mon premier concert à l’Alhambra, qui est une belle salle, assez grande (800 places), refaite il y a deux ans. Il y avait beaucoup de filles dans le public. C’est sûr que la moitié des lesbiennes de Paris, ça commence à faire du monde. Car cette dernière soirée du festival Les Femmes s’en mêlent était dédiée aux femmes qui aiment les femmes.

Dance Yourself To Death

Dance Yourself To Death à l'Alhambra

La soirée commence avec le groupe de Toronto Dance Yourself To Death et leur pop rock entraînante. La chanteuse et bassiste Jen Markowitz à la coupe asymétrique qui va bien joue avec la batteuse Susan Gale, le claviériste Johnny Ryan et une guitariste qui ne semblait pas être Carmen Elle qui a participé à l’enregistrement du premier album du groupe, Ready For Love.

Le groupe ressemble à une bande de copines qui s’éclatent sur scène, mais des copines qui n’auraient pas oublié pas de bosser car Dance Yourself To Death a en réserve de bonnes chansons catchy comme White Beds ou We Are All made Of Stones. Des mélodies très pop qui rentrent dans la tête et font bouger les pieds. Et ça commence déjà à danser dans la salle.

Plus d’infos sur Dance Yourself To Death

Page Myspace de Dance Yourself To Death
Site officiel de Dance Yourself To Death

Tender Forever

Tender Forever à l'Alhambra

Un grand moment de la soirée a été la prestation de Tender Forever. De son vrai nom Mélanie Valera, elle est originaire de la région de Bordeaux mais vit à Portland aux Etats-Unis. Elle fait une électro pop minimaliste un peu expérimentale habitée par sa voix très expressive, mais surtout, Tender Forever est une show woman qui défie des conventions.

Seule sur scène, elle s’accompagne de toute une machinerie : un mac portable dont la pomme est cachée par des autocollants ; une batterie électronique qu’elle contrôle à certains moments à distance avec des manettes de Wii ; un petit clavier qui lui sert à passer des bandes sons pré-enregistrées sur lesquelles elle chante et danse. Par moments, elle fait des pauses pour jouer d’instruments plus classiques comme la guitare ou le ukulélé.

Tender Forever s’est fait remarquer avec une reprise de My Love de Justin Timberlake au ukulélé, mais elle tient à préciser que c’était juste pour s’amuser et que ce n’est pas représentatif de ce qu’elle fait. Non, Tender Forever ne fait pas du « R’n’B Lo-fi ». Alors bien sûr, il semblerait que Tender Forever aime aussi la soul… enfin surtout les chanteuses de soul. Elle dédie une chanson à Beyoncé et passe un diaporama de photos retouchées où les deux apparaissent en couple, créant un contraste entre les photos rigolotes et l’intensité de son chant.

Une des chansons les plus remarquables de son set fut Like The Snare That’s Gone qui donne son nom au nouvel album de Tender Forever, No Snare.

Tender Forever à l'Alhambra

Tender Forever pourrait faire un one woman show comique avec les petites anecdotes qui ponctuent son concert. Rien que son voyage de retour en France fait l’objet de plusieurs blagues bien senties, principalement sur la notion de genre. Tender Forever est androgyne, sa coiffure au bol entretenant l’ambiguïté. Elle explique qu’elle a abandonné sa coiffure asymétrique en constatant que c’était devenu commun chez les lesbiennes, voire que ce n’était même plus réservé aux lesbiennes. Elle raconte comment, vêtue comme le soir du concert d’un jogging rouge et d’une chemise ample ne laissant pas deviner ses formes, elle a semé le doute auprès d’une hôtesse de l’air qui accueillait les passagers en les gratifiant d’un « Bonjour monsieur » ou d’un « Bonjour madame ». La voyant arriver, l’hôtesse, ne sachant quel genre choisir, a dû se réfugier dans un « Bienvenue ».

On apprécie autant les chansons de Tender Forever que son humour et son sens de l’auto-dérision. La chanteuse danse beaucoup pendant le concert dans un style très personnel, inspiré du hip hop, un peu maladroit mais avec une grande liberté très touchante, ce qui est l’esprit même de sa musique.

Plus d’infos sur Tender Forever

Page Myspace de Tender Forever

Duchess Says

Duchess Says à l'Alhambra

Chicks On Speed ayant annulé sa tournée européenne, c’est le groupe de Montréal Duchess Says qui s’y colle. J’avais déjà vu Duchess Says en concert lors du festival Les Femmes s’en mêlent 2007 et je n’avais pas vraiment apprécié. Cette fois, je suis un peu plus rentrée dans le délire du groupe qui est assez particulier.

Duchess Says fait du post-punk électro lorgnant parfois vers le thrash métal. Ce groupe est surtout remarquable pour ses performances car la chanteuse Annie-Claude Deschênes assure à elle seule un show punk et surprenant. Tout de noir vêtue, elle ne chante pas, elle hurle. Elle pousse des cris suraigus, qui évoquent parfois le plaisir, parfois la douleur et parfois des animaux. La chanson Tenon Non Neu est principalement composée d’onomatopées, collant à son style sec et violent. Prenant des airs de robots détraqués, Annie-Claude garde les yeux grands ouverts sans jamais ciller et bouge de façon saccadée. Elle danse comme si elle avait une crise d’épilepsie. Généreuse avec le public, Annie-Claude l’arrose de bière et descend dans la fosse pour offrir aux spectateurs de la vodka à boire au goulot.

Les autres musiciens (à la guitare, aux claviers et à la batterie) jouaient tranquillement leur partie, comme si de rien n’était. Parmi ses bruits étranges, j’ai pu reconnaître le tube électro Black Flag. Bref, Duchess Says en concert, ça vaut le coup d’œil, mais pas tous les jours non plus.

Plus d’infos sur Duchess Says

Page Myspace de Duchess Says
Site officiel de Duchess Says

MEN

MEN à l'Alhambra

MEN, déjà évoqué sur ce blog, est le projet de JD Samson, fondatrice du groupe électro clash féministe new-yorkais Le Tigre et MEN fait également une électro rock et dansante.

Et JD Samson est une féministe pure et dure et old school : une lesbienne avec des poils sous les bras engagée politiquement. Ne vous laissez pas tromper par les chansons aux mélodies festives et dansantes de MEN : certes on s’amuse, mais on cause de choses sérieuses, comme de politique, des droits des homosexuels et d’argent. « La plupart de nos chansons parlent d’argent », annonce JD Samson, « mais cette chanson parle d’argent et d’amour », à propos de Off Our Backs.

Sur scène, MEN est formé de JD Samson aux machines et de Michael O’Neill et Ginger Brooks Takahashi aux guitares électriques. Tous les trois ont des tenues spéciales. Michael a un style tyrolien disco avec sa veste et son short noirs, ses bas en laine blanche et ses paillettes sur le visage. Les filles ont des vêtements aux dessins bariolés. Le costume étrange de JD Samson évolue au fur et à mesure qu’elle enlève les couches. D’abord, elle porte une veste aux rayures arc-en-ciel sur un sort rouge et blanc, qui, quand elle tombe la veste, devient une robe avec des dessins variés, dont un pénis, placé à l’endroit qui convient.

MEN à l'Alhambra

Sur Boom Boom, surgissent en danseuses improvisées la batteuse et la guitariste de Dance Yourself To Death, portant des pancartes en forme de poings. Avant d’entamer Credit Card Babies, JD Samson précise que « cette chanson parle des homos qui font des bébés », en français dans le texte. Et les musiciennes de Dance Yourself To Death reviennent avec des panneaux représentants trois doigts évocateurs. MEN a d’autres accessoires farfelus à présenter, comme une fourchette rouge géante, impliquée dans une danse de JD Samson, et un casque rappelant une maison de poupées.

« Who Am I To Feel So Free? » chante JD Samson et on se demande ce qui l’empêcherait de s’amuser et d’être elle-même, sans complexes. Et la salle suit, dansant frénétiquement, pogotant un peu, subjuguée par ce bout de femme tatouée comme un condamné à perpét’ à la jolie voix aiguë qui nous encourage à devenir des « feMENists ».

Plus d’infos sur MEN

Page Myspace de MEN

Les Femmes s’en mêlent 2010 : Sarah Blasko, The Tiny, Sydney Wayser

Concert à la Maroquinerie le 1er avril 2010 dans le cadre du festival Les Femmes s’en mêlent 2010.

Sydney Wayser

Sydney Wayser à la Maroquinerie

La jeune Américaine Sydney Wayser au piano et son acolyte Adam Tressler à la guitare ont entamé la soirée dans une ambiance intimiste. Pour Lulaby, Sydney joue également du xylophone (photo). En fait, l’ensemble de ses chansons évoquent des comptines douces-amères. Sydney Wayser s’accompagne d’instruments qui ont l’air de jouets : xylophone, grelots, tambourin, ukulélé. Les mélodies un peu naïves et la voix douce de Sydney sont agréables sans être renversantes. Sydney Wayser a sorti deux albums : Silent Parade et The Colorful.

Plus d’infos sur Sydney Wayser

Page Myspace de Sydney Wayser
Site officiel de Sydney Wayser

The Tiny

The Tiny à la Maroquinerie

Avec The Tiny, on reste dans une atmosphère intimiste, mais nettement plus dense. Ce groupe suédois est formé du couple Ellekari Larsson (voix et claviers) et Leo Svensson (violoncelle, scie musicale et diverses bizarreries). La voix d’Ellekari, les mélodies contorsionnistes et lyriques et la présence du piano classent The Tiny dans la famille de Kate Bush. Il y a bien sûr beaucoup de complicité entre les deux musiciens. Avant d’entamer Last Weekend, chanson sur la peur de perdre l’autre, Ellekari envoie un petit regard à Leo et annonce qu’elle s’est mariée peu de temps après avoir écrit cette chanson. The Tiny vient de sortir un troisième album, Gravity and Grace.

Plus d’infos sur The Tiny

Page Myspace de The Tiny
Site officiel de The Tiny

Sarah Blasko

Sarah Blasko à la Maroquinerie

J’avais déjà dit le bien que je pensais de la gracieuse Australienne Sarah Blasko. Sa mèche dans l’œil, ses traits fins et sa minceur lui donnant un air de poupée. Sur scène, l’ambiance était jazzy grâce à la contrebasse et aux percussions légères. Sarah était également accompagnée par le guitariste et le pianiste qui la suivent depuis plusieurs années.

On a retrouvé avec plaisir les perles pop de son dernier album, As Day Follows Night : We Won’t Run, Is My Baby Yours, Bird On A Wire, All I Want, No Turning Back. Sarah Blasko a aussi interprété une chanson du film de Woody Allen Annie Hall, qui paraît-il est son préféré.

Plus d’infos sur Sarah Blasko

Page Myspace de Sarah Blasko
Site officiel de Sarah Blasko

Les Femmes s’en mêlent 2010 : Miss Platnum, Rock and Junior

Concert à la Maroquinerie le 30 mars 2010 dans le cadre du festival Les Femmes s’en mêlent 2010.

Rock and Junior

Rock and Junior à la Maroquinerie
Rock and Junior est le projet electro clash du producteur Richard Minier et des chanteuses Maya Alban Zapata et Ruth Eva Bekono Booh. Sur scène, Richard Minier assurait la guitare et les samples. La bassiste qui les accompagnait semblait toute petite à côté des deux immenses chanteuses, avec leurs talons hauts et leurs robes courtes laissant voir des kilomètres de jambes.

Maya et Ruth se sont déchaînées pour faire bouger la Maroquinerie, car les Rock and Junior font de la musique pour danser. Rock, electro, soul, hip hop, musiques latines, tout se mélange pour nous faire bouger. Même si l’ensemble de leurs chansons sont agréables, le single Let’s Get Physical sort du lot.

Setlist : You Don’t Have To Worry / Let’s Get Physical / Nasty Little Fight / I’m Walking / Senorita / Searching / Revolution

Plus d’infos sur Rock and Junior

Page Myspace de Rock and Junior

Miss Platnum

Miss Platnum à la Maroquinerie
Miss Platnum avait concocté un show aux petits oignons. La fanfare s’est d’abord installée : un batteur et un percussionniste, un bassiste, un tuba, un trombone, une trompette. Puis Miss Platnum a fait son entrée avec ses deux choristes en esquissant quelques pas de danse. Puis elle a entamé Drink Sister Drink en jouant avec une bouteille de vodka à paillettes.

Miss Platnum à la Maroquinerie

Chaque chanson avait sa petite chorégraphie et Miss Platnum et ses choristes ont usé de divers gadgets pour nous divertir : lunettes de star, chaînes en or sur Fakebling, faux billets « spécial Miss Platnum » à zéro dollar sur I’m Broke. Et Miss Platnum a effectué deux changements de costume. Pour interpréter sa reprise de Babooshka de Kate Bush, Ruth s’est vêtue d’une robe représentant une poupée russe avec des paillettes et des trompettes, emblèmes du groupe.

Pour son tube Give Me The Food, Miss Platnum et ses musiciens nous avaient préparé une surprise : une adaptation toute personnelle de Alors On Danse de Stromae, transformée en Alors On Mange, avec les paroles de Give Me The Food traduites en français.

C’est avec plaisir que la Maroquinerie s’est laissé tentée par les invitations à la débauche de Miss Platnum : boisson (Drink Sister Drink), nourriture (Give Me The Food), argent facile (Fakebling), paraître et grosses voitures (Mercedes Benz).

Setlist : Broke Intro / Drink Sister Drink / Go / Why Did You Do It / Powermarsch / Diamonds Are Forever / Fakebling / Give Me The Food – Alors on mange / Puszito / I’m Broke / The Long Goodbye / I Can’t Stop Loving You / Babooshka / Hard Day – Boolywood Movier / 60s / Mercedes Benz / Come Marry Me
Rappel : She Moved In / Butter / Shakepit
2e rappel : Sinking Boat

Plus d’infos sur Miss Platnum

Page Myspace de Miss Platnum
Site officiel de Miss Platnum

Les Femmes s’en mêlent 2010 : John and Jehn, Trash Kit, Jesca Hoop

Concert à la Maroquinerie le 29 mars 2010 dans le cadre du festival Les Femmes s’en mêlent 2010.

Jesca Hoop

Jesca Hoop a offert un début sage et folk à ce concert. Elle était à la guitare et elle était accompagnée de deux choristes, d’un percussionniste et d’un bassiste. Jesca racontait des petites anecdotes sur ces chansons d’une voix endormie. Mais sa voix s’est vite réveillée pour assurer sur les mélodies complexes aux harmonies vocales travaillées.

Jesca Hoop a centré sa courte prestation sur son premier album Kismet, ne jouant de son nouvel album Hunting My Dress que la chanson du même nom. Le disque sera disponible en France en mai. C’est avec Love and Love Again que Jesca Hoop quitte la scène. Cette chanson a été composée pour figurer dans la BO d’un film avec Johnny Depp qui n’a finalement pas été tourné.

Setlist approximative : Whispering light, Four Dreams, Angel Mom, Hunting My Dress, Love And Love Again.

Plus d’infos sur Jesca Hoop

Page Myspace de Jesca Hoop

Trash Kit

Les Anglaises de Trash Kit forment un power trio (guitare, basse et batterie) un peu punk, un peu pop, avec des touches de musiques africaines à la Vampire Weekend. Elles arrivent super lookées sur scène : une avec un pull à imprimé squelette, une avec un short de catcheur avec des flammes, une avec un t-shirt jaune qu’elle a volé aux années 80 et toutes le visage bariolé de peintures tribales fluos. Elles ont du potentiel, mais pas de vraies chansons, seulement des bouts de mélodies. Pour vous faire une idée, leur premier album Trash Kit comporte 17 titres pour 26 minutes. Assez inhabituel. Heureusement, leur énergie et leur bonne humeur sauvent la mise.

Plus d’infos sur Trash Kit

Page Myspace de Trash Kit

John and Jehn

John and Jehn

Les Français de John and Jehn étaient les stars de la soirée et il fallait jouer des coudes devant la scène pour les voir. John and Jehn ont confirmé sur scène tout le bien qu’on pensait d’eux : de bonnes chansons, une atmosphère, de l’énergie et de l’allure. Accompagnés d’un batteur et d’une guitariste, John était à la basse et Jehn aux claviers, mais les différents instruments ont tournés entre les mains des musiciens.

Le concert avait lieu le jour même de la sortie du deuxième album, Time For The Devil et pour cette release party, nous avons eu droit à de nombreux titres de ce nouvel album : bien sûr le single Time For The Devil, mais aussi les excellents Ghosts et Oh My Love. Johh et Jehn on également fait un détour par London Town, chanson sur la ville où ils se sont installés.

Les morceaux du premier album n’ont pas été oubliés : Make Your Mum Be Proud complétement revisité devient une chanson rock et dansante et 20L07, qui est un peu l’hymne de John and Jehn, a été accueilli par des cris approbateurs.

Jehn aux claviers

Setlist : Vampire / And We Run / Down Our Streets /Love Is Not Enough / London Town / Ghosts / Time For The Devil / Make Your Mum Be Proud
Rappel : 20L07 / Oh My Love / Shy

Plus d’infos sur John and Jehn

Page Myspace de John and Jehn

John and Jehn – Time For The Devil

Ni­co­las Congé alias John ex-Asyl et Ca­mille Ber­tho­mier alias Jehn ancienne chan­teuse de Motel forment le groupe John and Jehn.

Ce couple rock est français, même si ces amoureux vivent à Londres depuis plusieurs années maintenant. Leur premier album, John and Jehn, sorti en 2008 a reçu un bon accueil et ils reviennent avec un deuxième album, Time For The Devil, qui sort demain. Jehn et John chantent tous les deux et Jehn assure la basse et les claviers et John, la guitare. Ils essayent le plus possible de tout faire eux-mêmes pour protéger leur identité. John se décrit comme un « control freak ».

Leur rock sombre jette le chaud et le froid : sensuel par moments, puis soudain glacial. Leurs thèmes ne sont pas trop funs non plus, que ce soit dans Ghost ou Oh My Love. John et Jehn aiment mettre du pathos dans leurs chansons pour ne plus en avoir dans la vie quotidienne.

Time For The Devil

20L07

20L07 est l’une des premières chansons de John and Jenh et c’est un peu un manifeste du groupe parlant d’amour et de rock.

En concert

Lundi 29 mars en concert à Paris à la Maroquinerie avec Trash Kit et Jesca Hoop lors du festival Les Femmes s’en mêlent 2010. J’y serai !
Mardi 30 mars sur France 3 dans l’émission Ce soir ou jamais.
Et quelques autres dates en France : le jeudi 8 avril à Rennes à l’Antipode lors du festival Mythos 2010 ; le jeudi 15 avril à Lille lors du festival Les Paradis artificiels à la Maison Folie Moulins ; le vendredi 28 mai à Lyon au Marché Gare.

Plus d’infos sur John and Jehn

Page Myspace de John and Jehn

Jessie Evans – Is It Fire?

Jessie Evans est une ex-punkette qui a collaboré à un paquet de groupes. Originaire de San Francisco, elle a notamment joué dans le trio The Vanishing. Au programme : rock psychédélique, new-wave, punk, cabaret et cuivres.

La Californienne a filé il y a quelques années s’installer à Berlin. Là, Jessie Evans a fondé le duo Autonervous avec Bettina Koster, l’ex-chanteuse de Malaria. Les deux chanteuses et saxophonistes font une musique étrange et complexe, expérimentale et new-wave, très sombre.

Dernièrement, Jessie Evans, toujours à Berlin, s’est acoquinée avec Toby Dammit, ex-batteur d’Iggy Pop. C’est avec lui qu’elle a conçu son premier album solo Is This Fire?.

L’album a été enregistré dans des contrées plus chaudes, au Mexique, et il est clairement influencé par les musiques latines. Certaines chansons sont en espagnol. Cet album est un peu une réponse au Is This Desire? de PJ Harvey ? Car le feu dont parle Jessie Evans, c’est bien le désir.

Dans le clip de la chanson Is This Fire, on retrouve les influences cabaret et années 20 de Jessie Evans, mais aussi les instruments de prédilections des deux comparses : cuivres et rythmiques qui nous font brûler de plaisir. Jessie Evans et Toby Dammit nous emmènent en vaisseau spatial sur le Soleil où l’accueil sera chaleureux.

En concert

Programme chargé pour Jessie Evans qui jouera presque tous les soirs lors du festival Les Femmes s’en mêlent 2010.
Jeudi 18 mars, Marseille – Le Poste à Galène
Samedi 20 mars, Ajaccio – Aghja
Mardi 23 mars, Paris – La Maroquinerie
Mercredi 24 mars, Bordeaux – L’Espace Tatry
Jeudi 25 mars, Angers – Le Chabada
Vendredi 26 mars, Brest – La Carène
Samedi 27 mars, La Roche-sur-Yon – Fuzz’Yon
Mardi 30 mars, Amiens – La Lune des Pirates
Mercredi 31 mars, Feyzin – L’Epicerie Moderne
Jeudi 1er avril, Clermont-Ferrand – La Coopérative de Mai
Vendredi 2 avril, Cluses – L’Atelier
Samedi 3 avril, Reims – La Cartonnerie

Plus d’infos sur Jessie Evans

Page Myspace de Jessie Evans
Site officiel de Toby Dammit
Page Myspace d’Autonervous
Page Myspace de Malaria
Page Myspace de The Vanishing

Jesca Hoop

Dag För Dag a malheureusement annulé sa participation au festival Les Femmes s’en mêlent 2010 car Sarah est enceinte. Heureusement, les organisateurs ont trouvé une perle pour la remplacer : Jesca Hoop. Cette folkeuse américaine a été repérée par Tom Waits à l’époque où elle travaillait comme nounou pour ses enfants ! Ses chansons, tout en étant très mélodieuses, se créent un chemin un peu aventureux dans des dissonances qui empruntent à différentes traditions musicales : jazz, hip-hop, chants traditionnels des Indiens d’Amérique, etc. Jesca Hoop doit également beaucoup à la radio KCRW, qui s’était entichée de sa première démo, Seed of Wonder.

Seed of Wonder

Four Dreams

Four Dreams est ma chanson préférée sur son premier album, Kismet.

Money

L’une des seules chansons de Jesca Hoop à avoir fait l’objet d’un clip est Money. Je trouve cette chanson moins originale et moins emprunte de son univers particulier.

Hunting My Dress

Son deuxième album Hunting My Dress est sorti en Angleterre 2009, mais il débarquera en France seulement en avril prochain. Un petit extrait.

En concert

Jesca Hoop sera donc en concert le mardi 24 mars au Havre au Cabaret Electric, le vendredi 26 mars à Brest à La Carène, le samedi 27 mars à La Roche-sur-Yon au Fuzz’Yon et le lundi 29 mars à Paris à La Maroquinerie.

Plus d’infos sur Jesca Hoop

Page Myspace de Jesca Hoop