Posts Tagged ‘ Foals

Les festivals Les Inrocks 2013

Festvail Les Inrocks 2013

Comme tous les ans, on retrouve le festival des Inrocks Paris, mais aussi à Toulouse, Bordeaux, Nantes, Caen, Nancy et Tourcoing. Je ne traiterai ici que des dates parisiennes. Les concerts les plus alléchants sont notés avec des petits plus « + ». Et vous retrouverez des liens vers les artistes déjà évoqués sur ce blog.

Mardi 5 novembre – Eglise Saint-Eustache

  • Keaton Henson

Mercredi 6 novembre – L’Olympia

  • Major Lazer
  • Rocky
  • HollySiz

Jeudi 7 novembre – La Cigale – Carte Blanche Domino

  • Austra (Canada – électro pop dark). Voir le clip de Beat And The Pulse
  • Petite Noir (Afrique du Sud – cold wave)
  • Matthew E. White
  • The Amazing Snakeheads

Jeudi 7 novembre – La Boule Noire – Kitsuné Maison en Vrai! #14

  • Swim Deep
  • Portland
  • Years & Years

Jeudi 7 novembre – Palais de Tokyo

  • Gesaffelstein & friends (DJ SET)

Vendredi 8 novembre – La Cigale +

  • Suuns (Canada – rock)
  • These News Puritans (Royaume-Uni – rock expérimental)
  • Papa
  • Young Fathers

Vendredi 8 novembre – La Boule Noire

  • Sir Sly
  • Troumaca (Royaume-Uni – pop estivale)
  • Sivu

Samedi 9 novembre – La Cigale +

  • Valerie June (Etats-Unis – folk soul)
  • Jacco Gardner (Pays-Bas – pop expérimentale)
  • London Grammar (Royaume-Uni – pop minimaliste). Voir le clip de Wasting My Young Years.
  • Lucius

Samedi 9 novembre – La Boule Noire

  • Deptford Goth
  • Arthur Beatrice
  • Sohn

Dimanche 10 novembre – La Cigale +++

  • Laura Mvula (Royaume-Uni – pop soul)
  • Alunageorge (Royaume-Uni – new r’n’b et pop). Voir le clip de Your Love, Your Drums.
  • Christine And The Queens (France – électro pop soul). Voir le clip de Nuit 17 à 52.
  • (Danemark – électro pop). Voir le clip de Waste Of Time

Dimanche 10 novembre – La Boule Noire

  • Drenge
  • Casual Sex
  • Findlay

Lundi 11 novembre – La Cigale

  • Suede (Royaume-Uni – brit pop)
  • Temples
  • Teleman

Mardi 12 novembre – Le Zénith

  • Foals
  • Breton
  • Everything Everything

Sélection de liens – Les meilleurs best of de 2010

Les vacances sont finies, je vais pouvoir reprendre une activité normale. C’est la saison des best of, des tops et des bilans. Petite sélection parmi les sites que je suis régulièrement. En me promenant sur les blogs et les webzines, il me semble que les grands gagnants de 2010 sont Beach House, Foals, Villagers et The Black Keys. Dans le tas, je n’ai écouté que Beach House, et ça ne m’a pas enthousiasmé. Il est temps de se rattraper.

OWNImusic le best of de Noël. Une sélection des morceaux envoyés par des jeunes artistes à OWNImusic.

Les 30 meilleurs albums de 2010 d’après Mlle Eddie. Meilleur album : Brothers par The Black Keys. Et aussi : Wombs, The Black Angels, Wolf Parade.

Les tops de Pop In Gays : les meilleurs albums, chansons, concerts de 2010. Et les pires aussi. Le concert de Fever Ray a été classé dans cette dernière catégorie. Leur coup de cœur de l’année est Total Life Forever de Foals.

Les meilleurs albums pour Electro Queer : Robyn, Simon Curtis, Ali Love, Hurts, Leni Ward et Locnville.

Le top des rédacteurs du webzine Le Hiboo par Rod et par AVA : Florent Marchet, The Moulettes, Angus & Julia Stone, Villagers…

Les Inrocks demandent à leurs rédacteurs et à leurs lecteurs Et vous, vous avez écouté quoi en 2010 ?. JD Beauvallet, Christophe Conte et les autres répondent.

Rock en Seine 2010 – Jour 1

Compte-rendu de la journée du vendredi 27 août au festival Rock en Seine.

C’est la première fois que je vais au festival Rock en Seine et c’est l’occasion de voir beaucoup d’artistes que j’apprécie et d’en découvrir d’autres. C’est aussi le moment de croiser 30 000 personnes par jour, d’être noyée sous les flyers et les sponsors du festivals et de se faire saucer. En sortant du métro à Boulogne, il pleut. Ça promet.

Je commence la journée par un petit tour des lieux, histoire de me repérer, et, guidée par la foule, je me retrouve à la Grande Scène où jouent les All Time Low. Ces Américains font un college rock qui rappelle les Blink 182, tête d’affiche de cette première journée de festival. Le groupe est visiblement une bande de potes, qui sont bien contents d’être là et qui passent autant de temps à raconter des blagues qu’à réellement jouer. Lorsque les All Time Low entament leur tube Dear Maria, Count Me In (en fait, la seule chanson du groupe que je connaissais), je commence à me diriger vers la Scène de l’Industrie.

Cela me permet d’entendre la fin du set Roken Is Dodelijk, un groupe pop de Lille. C’était un peu court, mais cela m’a donné envie de mieux les connaître.

J’enchaîne avec le concert des Band of Horses, installés sur la Scène de la Cascade, qui sont tatoués comme des rockeurs, mais qui jouent une pop très douce et mélancolique.

Je retourne à la Grande Scène pour découvrir le travail solo de Kele, leader de Bloc Party. Le monsieur débarque sur scène avec une chemise aux motifs colorés et un bermuda. Il danse comme un fou sur ses morceaux plus électros et plus funk que ceux de Bloc Party, dont il fait tout de même quelques reprises.

Le concert de Foals à la Scène de la Cascade était apparemment très attendu du public, mais il ne m’a pas transcendé. La faute au retour de la pluie ?

Ou peut-être était-ce parce que j’attendais avec impatience le concert de Skunk Anansie, programmé sur la Grande Scène ? Skin et ses acolytes m’avaient impressionnée lors de leur passage à l’Elysée Montmartre en novembre 2009. C’est pourquoi, bien qu’appréciant Beast, je n’ai pas hésité longtemps entre les 2 groupes. C’était aussi fou et aussi fort que la dernière fois. Skin courrait partout et a fait un slam sur la foule. Le groupe a joué quelques morceaux du nouveau album Wonderlustre, dont le premier single, My Ugly Boy, mais s’est surtout concentré sur ses tubes : Twisted, Charity, Hedonism et Charlie Big Potato.

The Kooks, sur la Scène de la Cascade, s’en sont donné à coeur joie, mais de mon côté, je commençais à fatiguer.

N’étant pas attirée par le hip hop old school de Cypress Hill, je suis allée voir du côté de la Scène de l’Industrie qui était ce French Cowboy. Et j’apprends que le groupe est formé de plusieurs anciens des Little Rabbits. J’ai tout de suite un a priori positif. Les French Cowboy proposent un rock blues plaisant, trainant du côté de l’Amérique. Le chanteur raconte des petites histoires et on sent le vieil habitué de la scène, qui sait mettre une ambiance décontractée. On est entre amis ici, on ne se la raconte pas. Le chanteur encourage le public à pogoter, « même si c’est pas franchement les Ramones ».

Les Black Rebel Motorcycle Club sont programmés à la Scène de la Cascade au moment où l’obscurité s’installe. Sur scène, leur rock semble plus sensuel et planant que dans leurs albums, qui dégageait plus d’énergie. Je comprends mieux pourquoi leur son a pu être comparé à celui de My Bloody Valentine.

Les BRMC sont très bien pour finir la soirée et je décide de rentrer tant qu’il me reste des forces. De toute façon, je ne suis pas fan de Blink 182. J’ai tout de même quelques regrets de manquer Underworld.