Posts Tagged ‘ EMA

Mes albums préférés de 2014

C’est le moment de se livrer à un exercice de subjectivité où la mauvaise foi aura toute sa place et où l’on passera volontairement sous silence les ratés de 2014 pour ne garder que les albums qui ont bercé cette année.

Et vous, qu’avez-vous écouté en 2014 ? Taylor Swift et Zaz, merci la radio ? U2, grâce au nouvel iPhone ? Alexandre Tharaud, parce que vous ne vous lassez pas de Satie ? Kanye West, parce que depuis Yeezus, la musique s’est arrêtée ?

Les meilleurs albums

Chaleur humaine de Christine & The Queens
Chaleur humaine de Christine & The Queens
Je vous parle depuis début 2012 du projet d’Héloïse Lhetissier et je ne cache pas mon plaisir à l’arrivée de ce premier album qui est à la hauteur de l’attente.
Chaleur humaine est très abouti dans ces textes, ces mélodies, ses arrangements, son interprétation. On sent qu’il a été conçu par une perfectionniste, mais il n’a rien de mécanique ni de froid et tient la promesse de son titre. Il est aussi la mise en place d’un personnage et la profession de foi d’une artiste qui vont continuer à grandir.
Where Is The Queen? de Le Prince Miiaou
Where Is The Queen? de Le Prince Miiaou
Pour son quatrième album, Maud-Elisa Mandeau a accepté de s’entourer. Le Prince Miiaou a toujours été un projet solo où elle composait et jouait chaque son pour se l’approprier. Sur Where Is The Queen? elle a convié son frère Benjamin et d’Antoine Gaillet (Julien Doré, François & The Atlas Mountains, M83). Est-ce pour cela que l’album semble plus ouvert vers le monde que les précédents ? Les arrangements sont plus épiques que jamais, comme sur Happy Song For Empty People, mais les mélodies et les textes restent emplis de mélancolie. On ne se refait pas.
Le Monde Möö de Moodoïd
Le Monde Möö de Moodoïd
Le projet du Français Pablo Padovani est un OVNI. Entouré de 3 musiciennes, il nous propose une rêverie qui pioche dans les années 1970 et 1980, avec de la pop psyché, du disco, du métal, etc. Les chansons aux structures complexes et aux rythmes changeant surprennent, ainsi que les textes insolites, poétiques et parfois osés. La Lune, le titre le plus réussi de l’album, fait un usage judicieux des harmonies vocales décalées pour ajouter de la folie à l’ensemble.
The Future’s Void de EMA
The Future’s Void de EMA
L’album précédent d’EMA, Past Life Martyred Saints, m’avait séduite ; The Future’s Void, son troisième essai, m’a convaincue. EMA mérite les comparaisons avec les plus grandes, de PJ Harvey à Courtney Love. Le grunge de So Blonde lui va à merveille et elle trouve un parfait équilibre entre les mélodies entêtantes et les expérimentations. On lui découvre aussi un goût pour la science fiction (Neuromancer) et l’horreur (Cthulu).
Diploid Love de Brody Dalle
Diploid Love de Brody Dalle
Encore du grunge, celui nerveux de Brody Dalle, ancienne chanteuse de The Distillers et Spinnerette, qui se lance dans son premier album solo. Les points forts de l’album sont ceux que la chanteuse a toujours eu : sa voix grave et puissante, son énergie rock et ses mélodies accrocheuses. Malgré sa tendance à hurler sa rage, Brody Dalle sait équilibrer les morceaux entre le grunge de Don’t Mess With Me et le shoegaze de Meet The Foetus / Oh The Joy, où elle est accompagnée de Shirley Manson et d’Emily Kokal de Warpaint.

Le meilleur EP

Grand Blanc de Grand Blanc
Grand Blanc de Grand Blanc
A la première écoute, l’EP de Grand Blanc surprend, saisi. Ses mélodies new wave et répétitives auxquelles se frottent des textes en français, très littéraires, aux jeux de mots en mitraille. C’est sombre, punk, but et sophistiqué à la fois. Il y a aussi le clash entre la voix juvénile et légère de la chanteuse et la voix éraillée et sans compromis du chanteur. La somme est un son original qui prend aux tripes. « J’ai fait ce que tu m’as dit, je me suis démarqué. »

La playlist de 2014

Vous reprendrez bien une petite playlist pour clore cette année ? Avec The Ting Tings, Lana del Rey, Owlle, Sia, Dum Dum Girls, Warpaint, Lykke Li, Röyksopp & Robyn, Pixies, 2:54, Phantogram, Marie-Flore, The Dø, Grimes, We Have Band, etc.

Et pour réécouter la playlist de 2013, c’est ici.

La playlist d’avril 2014

Playlist avril 2014

A l’honneur ce mois-ci, deux artistes brillantes qui cachent leur visage : c’est EMA et Christine and The Queens.

En boucle ce mois-ci

EMA (Etats-Unis – grunge)
Christine and The Queens (France – pop princière)
ALB (France – rock électro new wave)

En vrac

Paul Thomas Saunders (Royaume-Uni – pop mélancolique)
Eels (Etats-Unis – rock mélancolique)
Philippe Katerine (France – blagounettes chill)
Miossec (France – chanson rugueuse)
Dick Annegarn (Belgique – chanson rouleuse)
Cloud Nothing (Etats-Unis – grunge)
Mark Berube (Canada – pop)
Twin Shadow (Etats-Unis – électro pop grandiloquente)
Lana del Rey (Etats-Unis – pop pas si rétro)
Bombay Offshore (France – hip hop)
MNEK (Royaume-Uni – électro soul)

La playlist

Voici la playlist : des extraits ou l’intégralité pour les abonnés Qobuz dans le player et dans le desktop

A écouter aussi

Playlist de mars 2014 Playlist de février 2014

EMA – So Blonde

EMA

Erika M. Anderson alias EMA a sorti cette semaine son troisième album solo, The Future’s Void.

J’avais beaucoup aimé l’album précédent, Past Life Martyred Saints, et apprécié la performance d’EMA en première partie de Garbage en 2012.

Si on retrouve des accents dream pop sur The Future’s Void, c’est les influences noisy et grunge qui ressortent plus nettement avec des guitares saturées et une voix parfois criée. Au point que l’on se prenne à penser à Courtney Love, en particulier sur ce deuxième single So Blonde, qui critique la vie superficielle de Los Angeles, et qui n’aurait pas dépareillé sur Celebrity Skin.

Living with the rats but I couldn’t seem to move
not even sure now just what I was trying to prove
I was alone in the city
I was alone

Plus d’infos sur EMA

Site officiel d’EMA

Le SAV du blog – mai 2012

Que s’est-il passé en mai 2012 sur le blog ?

J’ai été obnubilée par le retour de Garbage et d’ailleurs, vous aussi, car l’article le plus lu ce mois-ci est le compte-rendu du concert de Garbage à l’Olympia.

Et dans les vieux articles, c’est Quelques chansons sur le travail qui fait le job et qui ramène les nouveaux lecteurs. Est-ce parce que mai commençait par la fête du travail ?

La playlist du mois de mai a regroupé Marilyn Manson, Alain Chamfort, Beach House, Gossip, Absynthe Minded et bien sûr Garbage.

La fin de mois est marquée par d’excellentes sorties dont je reparlerai bientôt : Regina Spektor, Séverin, Niki & The Dove, YACHT.

Vous pouvez suivre l’actu du blog sur Twitter.

Quelques questions musicales

1ère partie garbage olympia – C’était EMA.

quel est le style de chanson kiss with a fist – This is rock’n’roll. Il y a aussi une pointe de pop et un soupçon de punk.

rock en seine owlleOwlle sera à Rock en Seine le 24 août 2012, c’est confirmé.

sortie album niki and the dove franceInstinct est sorti le 28 mai. L’album est distribué par Artist Company TEN AB et disponible sur les bonnes plateformes de téléchargement.

reprise cats on trees – Ce groupe toulousain a fait une très belle reprise de Mad World de Tear For Fears en s’inspirant de la version présente dans Donnie Darko.

nicolas congé and camille berthomier – C’est John and Jehn !

Un grain de folie

pac-man sans parôles

thème jeune fille mormon 2012

миядзаки – Ca veut dire Miazaki en russe.

bouges de là pop’s cool

Les questions des vrais gens IRL

Est-ce que tu vas parler du concert de Garbage sur ton blog ? – Oui ! Lire mon live report de Garbage à l’Olympia.

Dans quel livre Guillaume Dustan parle-t-il de Garbage ? – C’est dans Nicolas Pages.

Est-ce que tu vas parler du concert de Julien Doré sur ton blog ? – Oui ! Lire mon live report de Julien Doré au Trianon de Paris.

Garbage en concert à l’Olympia

Garbage

Qu’est-ce que vous avez fait hier soir ? Moi, je suis juste allée voir mon groupe préféré dans ma salle de concert préférée.

EMA en première partie

La soirée commence avec une bonne surprise. Alors qu’aucune première partie n’était annoncée, c’est EMA que l’on retrouve sur scène. J’avoue que je ne l’ai pas reconnue tout de suite. C’est seulement lors de l’intro de Grey Ship que j’ai tilté. Il faut dire qu’Erika M. Anderson a franchement changé de look. Alors, je ne dis pas qu’on ne reste pas dans le même esprit, mais ça change.

EMA change de look
Avant / Après

Erika M. Anderson est accompagnée d’un batteur, d’une guitariste et d’un violoniste. Le violon électrique ajoute une touche originale et grandiloquente. EMA chante avec ses tripes et accompagne sa musique de gestes cabalistiques (cf. le clip de California). Elle a une belle présence sur scène et la filiation avec Garbage est évidente (guitares saturées, samples et chanteuse énervée), mais il aurait mieux valu choisir des morceaux plus énergiques et plus rythmés.

Garbage sur scène !

La prestation de Garbage fut sans surprise, mais formidable. Ou devrais-je dire que, sans surprise, la prestation de Garbage fut formidable ? Quel plaisir de voir un concert de pros, de bons routiers du rock, carré, où les tubes s’enchaînent, où l’énergie est là dès la première seconde. Et dans la salle, ça réagit aussi au quart de tour : on danse et on sautille dès les premières notes de Supervixen.

Garbage est de retour pour faire plaisir aux vieux fans et cela s’entend dans le choix des titres : une place très importante est donnée aux deux premiers albums Garbage et Version 2.0 au détriment du merveilleux Beautiful Garbage, de l’oubliable Bleed Like Me et surtout du nouvel album Not Your Kind Of People, qui est très bon et méritait d’être mieux défendu.

C’est seulement vers la fin du concert que Garbage présente ses nouveaux morceaux : les singles Blood for Poppies et Battle In Me, l’excellent et très rock Man On a Wire (ma chanson préférée de l’album ?) et Automatic Systematic Habit, qui à mon avis devrait faire l’objet d’un single et prochainement l’ouverture de leurs concerts.

Contrairement à EMA, les amis de Garbage n’ont pas beaucoup changé, même si Duke Erikson a déjà 60 balais – Steve Marker et Butch Vig ne sont pas loin. Les gars avaient tous leurs petites lunettes de designer et leur costard, mais ils ont vite tombé la veste. Shirley Manson portait un débardeur noir et un short zébré rouge et noir. Ils étaient accompagné d’Eric Avery le bassiste de Jane’s Addiction, qui était déjà sur la tournée de Bleed Like Me.

Incroyable tous les souvenirs qui viennent en tête pendant que défilent les tubes de Garbage : la claque rock du premier album, l’arrivée de MTV en France, la mort de Kurt Cobain, le lycée, Guillaume Dustan qui raconte ses courses au Monoprix, le concert de Garbage à l’Elysée Montmartre en 2001 (2 heures de queue devant la Fnac de Bastille), Beautiful Garbage en boucle à la maison pendant 15 jours, les soirées Androgyny, la déception de Bleed Like Me…

Un retour inespéré et réussi.

Set list

Supervixen
Temptation Waits
Shut Your Mouth
Queer
Metal Heart
Stupid Girl
Why Do You Love Me
The World Is Not Enough
#1 Crush
Cherry Lips (Go Baby Go!)
Blood for Poppies
Battle In Me
Milk
Man On a Wire
I Think I’m Paranoid
Bad Boyfriend
Only Happy When It Rains
Push It

Rappel
Automatic Systematic Habit
The Trick is to Keep Breathing
Vow

EMA – The Grey Ship

Chanteuse, guitariste et artiste numérique, Erika M. Anderson alias EMA est originaire d’un bled paumé du Dakota du Sud, où elle s’ennuyait comme un rat mort, car il n’y avait pas de concerts.

Quand elle s’installe à 18 ans à Los Angeles, ça lui change la vie. EMA monte alors le groupe Gowns, avec Ezra Buchla, son copain. Ensemble, ils sortent 3 albums noisy et expérimentaux.

Aujourd’hui, elle sort un album solo, Past Life Martyred Saints, « frayant entre noise, rap, hip-hop, électro », dit-elle. Un album très attendu, apparemment, puisque Les Inrocks, Libé ou Pichfork (8,5/10) en parlent.

Le morceau The Grey Ship est une sacrée claque, à la fois intimiste et lyrique.

On s’écoute aussi le titre California au clip étrange.

Plus d’infos sur EMA

Site officiel de EMA