Gravity et les limites du test Bechdel

Gravity

Je viens de voir le film Gravity de Alfonso Cuarón. C’est un beau film, et pas seulement par son esthétisme et ses mouvements de caméra qui vous donnent l’impression d’être en apesanteur. Par contre, Gravity ne passe pas le test Bechdel.

Vous connaissez peut-être le test Bechdel, ce test qui permet de vérifier qu’un film a des personnes féminins consistants, qui ont leur propre histoire et ne servent pas uniquement à faire avancer les intrigues des hommes.

Le test Bechdel, comment ça marche ?

  • Est-ce que le film comporte au moins 2 femmes dont on connaît le nom ?
  • Est-ce qu’elles intéragissent ? (Est-ce qu’elles parlent entre elles ?)
  • Est-ce que leurs intéractions font avancer leur trame ? (Est-ce qu’elles parlent d’autre chose que des personnages masculins ?)

Hé bien avec Gravity, le test Bechdel devient tout simplement absurde. Il n’y a que 2 personnages dans le film et un seul est une femme. On voit Sandra Bullock à l’écran pendant tout le film. Ryan Stone, qu’elle interprète, est un personnage dense, avec sa propre histoire, ses propres objectifs, son évolution, etc. On ne peut pas reprocher à Gravity de ne pas avoir de personnages féminins forts, mais le film ne remplit aucune des conditions du test Bechdel.

On avait déjà signalé les limites du test Bechdel à l’occasion du film Pacific Rim de Guillermo del Toro. Que dire d’un film qui ne comporte qu’une seule femme, mais qu’elle est l’héroïne, le moteur de l’histoire et qu’elle botte des culs ?

Une fan de Pacific Rim (chaila) a proposé un test alternatif, le test Mako Mori, du nom de l’héroïne de del Toro, pour identifier les films avec personnages féminins forts :

  • Est-ce que le film a au moins un personnage féminin ?
  • Est-ce qu’elle a son propre arc narratif ?
  • Est-ce que son arc narratif ne se contente pas d’étoffer l’arc d’un personnage masculin ?

Et pour le coup, Gravity passe le test Mako Mori. Bref, une fois de plus, ce n’est pas la quantité, mais la qualité qui compte.

(Je viens de voir un article qui en arrive exactement à la même conclusion : Gravity Shows the Limits of the Bechdel Test. C’est ça d’attendre 15 jours avant d’aller voir les films !)

  1. Aucun commentaire pour l'instant

  1. Aucun trackback pour l'instant