Posts Tagged ‘ Lescop

La playlist d’octobre 2016

Playlist d'octobre 2016

Regina Spektor (Etats-Unis – pop sophistiquée)
Charlotte OC (Royaume-Uni – soul pop)
Pixies (Etats-Unis – rock)
Banks (Etats-Unis – soul pop)
Hildebrandt (France – chanson animale)
Kings of Leon (Etats-Unis – rock de stade)
Romain Humeau (France – chanson)
Data (France – électro)
illion (Japon – pop lyrique)
Catfish (France – rock blues)
White Lies (Royaume-Uni – rock new wave)
Placebo (Royaume-Uni – indie pop) : quelques inédits à l’occasion d’un best off
Springtime Carnivore (Etats-Unis – pop folk)
Dune (France – pop soul)
Sydney Wayser (Etats-Unis – indie pop)
Royal Canoe (Canada – indie pop)
Annika and The Forest (Suède/France – électro pop)
Oy (Suisse – electro jazz soul)
Lescop (France – pop noire) : le 2e album est arrivé
Saint Motel (Etats-Unis – indie pop tropicale)
Deichkind (Allemagne – hip hop electro)

La playlist

La playlist dans le player ou dans le desktop Qobuz.

A écouter aussi

Playlist de septembre 2016 Playlist d'août

La playlist de mai 2016

Playlist mai 2016

En boucle

Puggy (Belgique – pop) : le quatrième album est très album entre brit pop et french pop. L’ombre de Phoenix n’est pas loin.
Lescop (France – pop noire) : nouvel album annoncé pour l’automne.
Ruby Cube (France – french pop) : single prometteur pour un jeune groupe français.

En vrac

Elysian Fields (Etats-Unis – pop) : la voix de Jennifer Charles donne toujours des frissons.
Verite (Etats-Unis – electro pop)
Benjamin Francis Leftwich (Royaume-Uni – folk)
Dani Siciliano (Etats-Unis – electro pop)
Gaëtan Streel (Belgique – pop)
Pity Sex (Etats-Unis – shoegaze)
Meadowlark (Royaume-Uni – electro pop)
Ciaran Lavery (Irlande du Nord – folk)
Xenia Rubinos (Etats-Unis – indie pop)
Emily Jane White (Etats-Unis – folk)
Juniore (France – chanson)
In the Canopy (France – indie pop)
Quilt (Etats-Unis – folk pop)
Montoya (France – pop)
Olga Bell (Etats-Unis – pop)
Rosie Lowe (Royaume-Uni – soul)
Nawel Ben Kraîem (Algérie – pop)
Awa Ly (France – soul)
Krewella (Etats-Unis – dance)

La playlist

La playlist dans le player ou dans le desktop Qobuz.

A écouter aussi

Playlist d'avril 2016 Playlist de mars 2016

Lescop – Dérangé

Lescop

Lescop annonce son nouvel album, Echo, pour l’automne et dévoile un extrait avec Dérangé. En voilà une bonne nouvelle !

A la découverte de La Forêt, il y a 2 ans, j’avais fait une fixette sur cette perle de pop noire. C’est donc l’occasion de réécouter le premier disque éponyme de Lescop et c’est toujours un plaisir. Les chansons sont vraiment excellentes, avec des textes fins, bien produites. Le gros reproche que je peux faire à l’album, c’est la similarité des mélodies d’une chanson à l’autre.

Le titre Dérangé est puissant et léger à la fois, sautillant et grave, tout à fait dans l’esprit du précédent album. On espère que Echo nous réservera plus de surprises.

Perez – Une Autre Fois

J’ai découvert Perez avec la chanson Une Autre Fois qu’il a interprété lors de la soirée parrainée par Etienne Daho, Tombés pour la France.
Mais le Bordelais Julien Perez n’en est pas à son premier essai, puisqu’il a joué dans les groupes aussi variés qu’Adam Kesher (électro rock), Year Of No Light (metal) ou Beat Mark (surf).

La chanson Une Autre Fois rappelle Lescop par son côté chanson française à synthés et à textes sombres. Une touche littéraire et la filiation avec Daho contribuent aussi à rapprocher les deux artistes. La vidéo surprend par sa tentative d’illustrer mot à mot un délire alcoolisé.

Etienne Daho en concert à Days Off

Etienne Daho - Days Off 2014

Le festival Days Off a donné carte blanche à Etienne Daho pour 3 soirs. Au programme : une reprise l’album Pop Satori ; une soirée consacrée aux pop hits de Daho ; et une soirée invités. J’ai eu la chance de voir 2 de ces concerts et voici mes impressions.

Petite précision : je suis une grande fan de Daho (donc un peu conquise d’avance) et l’ai vu de nombreuses fois en concert. Mais pas depuis 10 ans.

Mardi 1er juillet : Pop Satori – Cité de la musique

La première partie était assurée par Yan Wagner. J’ai trouvé que les morceaux manquaient de contraste, les arrangements encore plus franchement électro que sur l’album rendaient les chansons indissociables. Les mélodies ne servent pas suffisamment la belle voix grave de Yan Wagner, ne lui donnant pas l’occasion de faire preuve de beaucoup d’expressivité.

La thématique du concert était assez originale, puisqu’il s’agit de reprendre dans son intégralité Pop Satori (1986), album de la consécration, après La Notte, La Notte (1984), qui fut déjà un succès.

Emotion intense et salle gagnée en un instant quand retentissent les premières notes de Satori Theme. Daho monte sur scène en costard avec des lunettes noires qu’il garde pendant quelques morceaux avant de se rendre compte qu’il aurait dû les enlever.

S’en suit Epaule Tatoo, tube s’il en est, et la soirée est lancée. Les autres chansons phares de l’album sont Tombé pour la France et Duel au Soleil. Mais pour une fan comme moi, il y a d’autres morceaux marquants : Quelqu’un qui me ressemble, Paris Le Flore et même le naïf Mieux que moi.

C’est l’occasion pour Daho de raconter quelques anecdotes sur Pop Satori, de saluer Jérôme Soligny, compositeur de Duel au soleil, ou d’inviter sur scène Arnold Turboust, qui a co-produit l’album et composé une partie des musiques.

Pour le rappel, Etienne et ses musiciens interprètent Soleil de minuit, musique du film Désordre (1986) d’Olivier Assayas, qui aurait dû être sur l’album, et une reprise d’Epaule Tatoo, pour ne pas se quitter trop vite.

Etienne a vieilli. Bien vieilli, sûrement, mais il a vieilli. Sa voix n’était pas au top, même si elle était nettement plus dense et maîtrisée qu’à l’époque de l’album. Daho a eu des problèmes de santé en 2013, qui l’ont obligé à retarder la sortie des Chansons de l’innocence retrouvée. Il bougeait moins sur scène, mais finalement il en fallait peu pour communiquer sa chaleur à un public ravi, car Daho a acquis un puissant charisme au fil des années. On le sent à la fois gagné par le trac (en lui sommeille un perfectionniste) et apaisé, comme s’il rentrait chez lui.

Set list

Satori Theme
Epaule Tatoo
Paris Le Flore
Pop égérie O.
Quelqu’un qui me ressemble
Tombé pour la France
4 000 années d’horreur
Mieux que moi
Pari à l’hôtel
Duel au soleil
Satori pop century
Late night

Rappel :
Soleil de minuit
Epaule Tatoo

Mardi 8 juillet : Tombés pour la France – Salle Pleyel

La salle Pleyel est un choix étrange pour un festival pop et le public assis fut bien difficile à chauffer. Les artistes s’enchainaient sur scène et Lou Lesage passait des morceaux pour assurer les transitions. Cela n’empêchait pas l’ambiance de retomber un peu entre chaque morceau.

Les chansons interprétées piochaient dans la discographie de Daho, celles des invités, mais aussi des artistes qui ont accompagné ses débuts, la génération des « jeunes gens modernes » : Elli Medeiros, Jacno, Daniel Darc, Marie et les garçons, etc.

Parmi les invités, des artistes que Daho a défendus comme Lou Doillon ou Yan Wagner, l’équipe du label Pop Noire (John & Jehn, Lescop), l’ami Dominique A et des musiciens dont je ne connais pas le lien personnel avec Daho, mais dont ils partagent clairement l’univers.

Les artistes défilent sur scène sans commentaire, à part Lou Doillon qui explique son choix de jouer un de ses nouveaux morceaux seule à guitare en disant, que pour remercier Daho, elle a décidé de faire ce qui l’effrayait le plus. C’est sûr que reprendre Tombé pour la France comme Aline récolte bien plus facilement l’adhésion du public. La reprise électro new wave minimaliste de Week-end à Rome par John & Jehn m’a surprise : on ne sentait pas trop le soleil de l’Italie, là. Cela fait néanmoins plaisir de les retrouver ensemble sur scène, car depuis le succès de Savages, le nouveau groupe de Jehn, on pouvait penser que John & Jehn était de l’histoire ancienne. J’ai trouvé The Pirouettes et Perez très intéressants, car ils se réappropriaient habilement l’héritage « jeunes gens modernes ».

Le concert s’achève sur En Surface, interprété par Daho et Dominique A, avec tous les musiciens qui dansent sur scène, ce qui ne colle pas trop avec le sens de la chanson, mais ça fait tellement plaisir de l’entendre que l’on ne s’en plaindra pas.

Ca manquait un peu d’énergie, et c’est dommage que le public ne se soit levé qu’au dernier morceau. C’était un concert OVNI, comme l’a dit Daho, touchant et brouillon, malgré une mise en scène soignée, avec des films magnifiques avec les visages des artistes. Et la coordination musicale d’Edith Fambuena, discrète à la guitare, mais surveillant les aller et venues de chacun.

Ce qui ressort des chansons choisies est le contraste entre des musiciens post-punk, inspirés de la new wave la plus sombre, et les paroles naïves, qui content des bluettes où l’on ose à peine toucher l’autre.

Set list

Lou Lesage DJ Set
François & The Atlas Mountains – Le Grand Sommeil (Etienne Daho)
Aline – Tombé pour La France (Etienne Daho)
Yan Wagner – Les nuits de pleine lune (Elli & Jacno)
Lescop & Etienne Daho – La Ville (Daniel Darc)
Dominique A – Je t’aime tant (Jacno)
Lescop & Calipso Valois – Duel au soleil (Etienne Daho)
Mustang – Je t’ai toujours aimée (Polyphonic Size)
John & Jehn – Week-end à Rome (Etienne Daho)
Lou Doillon – Weekender Baby (Lou Doillon)
The Pirouettes – Le dernier métro (The Pirouettes)
Perez – Une autre fois (Perez)
Poni Hoax – Eddie S. (Etienne Daho)
La Femme & Patrick Vidal – Rien à dire (Marie et les garçons)
Etienne Daho & François & The Atlas Mountains – Les lueurs matinales (Etienne Daho)
Etienne Daho & Dominique A – En Surface (Etienne Daho)

Johnny Hostile – Jehnny

Mais qui est ce Johnny Hostile donc le rock mancunien est si familier ? Mais c’est Ni­co­las Congé alias John de John and Jehn, un groupe que j’apprécie beaucoup (et que j’ai vu en concert à la Maroquinerie et à la Flèche d’or en 2010).

Pendant que Jehnny Beth connait le succès avec son groupe féminin rock et noir Savages, Johnny se la joue solo. Il a beaucoup travaillé sur le projet de Lescop en 2012, mais maintenant que ça roule pour lui d’autres horizons s’ouvrent. On reste dans l’esprit de la pop noire chère à John et Jehn et le premier titre s’intitule Jehnny. On se demande de quoi ça parle… Et ces petits cris de chat sauvage à la fin du morceau ? Mais c’est Jehn !

Johnny Hostile assurera la première partie de Savages pour sa tournée européenne.

AV – Venus Bar

J’ai découvert AV alias Adrien Viot au concert de Lescop en novembre dernier. Il vient de sortir un EP, Venus Bar. Sa pop électro sombre en français fait immanquablement penser à son ami Lescop, mais ses chansons évoquent aussi Daniel Darc, Alain Bashung ou Adrienne Pauly.

Venus Bar est le single, mais Zombies a eu son petit succès chez les rôlistes autour de moi.

Plus d’infos sur AV

Page Facebook de AV
Lire l’interview d’Adrien Viot chez Rocknfool.

Le SAV du blog – janvier 2013

Que s’est-il passé sur le blog en janvier ?

Il y a eu le merveilleux concert de Sophie Hunger. Et beaucoup de boulot, comme d’habitude.

Les articles les plus visités ce mois-ci :

Les requêtes

blog electro littéraire – Ca me plait bien comme définition, mais je ne suis pas sûre que ça colle à Clumsybaby.

chanson du style niki and the dove – L’électro pop, ce n’est pas ce qui manque ici. Mais si vous cherchez des artistes dont le son rappelle Niki & The Dove, je recommanderais The Knife, Ellie Goulding, Oh Land ou Owlle.

chanteuse anglaise blonde 2012 voix de janis joplin – Il y a bien cette participante à X Factor UK, Melanie Masson, qui assure dans une reprise de Janis Joplin.

chanteuse soul comparée à janis joplinAlex Hepburn est britannique et comparée à Janis Joplin, mais elle est brune.

chanson sur réunion au boulot – Dans Working Together, Gonzales est en réunion, et ça fait légèrement peur.

chanteuse anglaise nom d’artiste bizarre electroCocknbullkid (mais elle chante plutôt de la pop) ou Planning To Rock (le nom n’est pas si bizarre, mais tout le reste l’est).

chanson marc twain – Je n’ai pas ça en stock, mais je peux vous proposer une citation amusante de Mark Twain sur le piratage de la musique.

chansons feministes r’n’b – Je n’en connais pas tellement en fait. Je pense à une chanson de Destiny’s Child, Independent Women : « Try to control me boy you get dismissed. Pay my own car note and I pay my own bills. Always 50/50 in relationships. » Et sinon, toujours avec Beyonce, il y a Run The World (Girls).

musique francaise  » entre le glaive et le vit  » Katerine – C’est dans Mon cœur balance (1996) que Katerine utilise cette expression étrange.

chanson punk jésus christ – Encore des colles ! Non, je ne connais pas. Qu’est-ce que c’est ?