Posts Tagged ‘ White Lies

La playlist d’août 2013

Playlist d'août 2013

En boucle ce mois-ci

White Lies (Royaume-Uni – gloom rock) : un nouvel album et un single réjouissant, There Goes Our Love Again.
Oh Land (Danemark – électro pop) : retour de la chanteuse Nanna Øland Fabricius avec un single bien ciselé.
AlunaGeorge (Royaume-Uni – r’n’b et électro) : ce duo au son très 2010s’, entre mainstream et expérimental, a toutes les qualités pour faire un carton.

En vrac

Decibelles (France – pop post-punk) : un trio féminin jeune mais qui a déjà suffisamment baroudé pour passer à la pop.
Braids (Canada – pop psyché et électro)
Solomon Grey (Royaume-Uni/Australie – électro mélancolique)
Pet Shop Boys (Royaume-Uni – électro pop) toujours au rendez-vous avec un album sans surprise, mais agréable. Et la mauvaise fois en amour est une source de comique inépuisable.
Jef Barbara (France – chanson androgyne) : la suite des aventures du protégé de Burgalat, in English cette fois-ci.
June & Lula (France – folk) duo féminin et folk.
Keziah Jones (Nigéria – soul funk) : un retour qui fera plaisir à quelques un(e)s, je le sais !
Brigitte Fontaine (France – chanson folle) : des textes toujours plus cruels et crus avec des arrangements rock.
The Electric Soft Parade (Royaume-Uni – indie pop) : un air de famille avec Fountains of Wayne bien plaisant.
Radio Radio (Canada – hip hop laid back) : du rap en chiac, langue vernaculaire franglaise, ça fait bizarre, mais c’est cool.
Angus Stone (Australie – folk) : un peu de douceur.
Satellite Jockey (France – shoegaze) : un petit air de My Bloody Valentine, mais non, ce sont des Brestois.

La playlist

La playlist dans le player de Qobuz.

A écouter aussi

Playlist de juillet 2013Playlist de juin 2013

White Lies – There Goes Our Love Again

Big TV

White Lies vient de sortir son 3e album, Big TV et le single There Goes Our Love Again est assez réjouissant : gloom rock mélodieux, belles paroles, rythme dansant.

J’aime bien le clip, en particulier la chorégraphie, qui ne colle pas du tout avec le style musical et le texte, et ajoute une certaine étrangeté à la chanson.

I didn’t go far
I didn’t go far
I didn’t go far
And I came home

C’est l’histoire de toute ma vie.