Posts Tagged ‘ My Bloody Valentine

Satellite Jockey – Your Black Cloud

Stars

Fans de My Bloody Valentine, j’ai pensé à vous en écoutant Your Black Cloud, extrait de Stars, 2e album du groupe des Brestois Satellite Jockey, dont la mélodie shoegaze devrait vous enchanter.

Plus d’infos sur Satellite Jockey

Site officiel de Satellite Jockey

2:54 – Creeping

2:54

Coup de cœur pour le premier album de 2:54 (prononcez « Two Fifty Four ») sorti en début de semaine.

2:54, dont il avait été question à la sortie de leur premier EP Scarlet, est le projet des sœurs Hannah et Colette Thurlow. Ce premier album produit par Rob Ellis (PJ Harvey) et mixé par Alan Moulder (Smashing Pumpkins, Nine Inch Nails) a un bon goût nineties avec des couches fondantes de shoegaze et des morceaux croquants de grunge.

Selon les morceaux, on sent l’influence des années 80 et 90 et l’on pense à My Bloody Valentine, Pixies, Jesus and Mary Chain ou même à The Smiths (Revolving) pour les mélodies ; ou l’on perçoit la modernité du son de 2:54 et on le rapproche de Warpaint (avec qui les sœurs Thurlow ont tourné), School of Seven Bells ou The XX (Easy Undercover). L’album a aussi des accents métal et a d’ailleurs reçu un très bon accueil du magazine Kerrang (5K).

Difficile de choisir les meilleures chansons parmi cet album magnifique. Le single Scarlet est une merveille et les autres singles, Creeping et You’re Early, sont également très réussis.

Creeping

You’re Early

2:54 en concert

Quelques chanceux pourront voir 2:54 en première partie de The XX lors de leur concert au Cirque d’hiver à Paris le 6 septembre, juste avant la sortie de Coexist.

The Kills en concert à l’Olympia

The Kills à l'Olympia

C’était le 12 novembre, c’est-à-dire il y a près d’un mois, et je n’ai toujours pas parlé du concert de The Kills à l’Olympia. Et pourtant, c’était bien. Peut-être pas la tuerie que l’on m’avait vendue, mais c’était vraiment plaisant.

Je n’ai pas été fan de la mise en scène : l’imprimé panthère, ce n’est pas mon truc et les 4 batteurs, ça m’a semblé un peu prétentieux. Mais j’ai passé un excellent moment grâce aux chansons, qui a mes oreilles sont toutes des tubes : No Wow, Future Starts Slow, U.R.A. Fever, Last Day of Magic, Black Balloon, Cheap and Cheerful, etc. Ils ont joués toutes mes chansons préférées à l’exception de What New York Used To Be. C’est l’avantage d’avoir des chansons courtes, ça permet d’avoir un set dense et de faire plaisir à tout le monde. Lors du rappel, quand Alison Mosshart a entamé The Last Goodbye, nous savions que c’était fini.

Le concert du 13 novembre a été filmé et l’intégralité du concert devrait sortir en 2012.

Le groupe Weekend a joué en première partie. Un groupe recommandable, ma foi, entre shoegaze et new wave, mais en version années 2010, avec des moments My Bloody Valentine et des moments franchement New Order.

Sinon, malheureusement, ça n’a pas changé depuis le concert de Fever Ray : je suis toujours petite et je vois toujours beaucoup de dos pendant les concerts. Il va falloir que je songe sérieusement à me prendre des places sur la mezzanine lors de ma prochaine visite à l’Olympia.

School of Seven Bells

School of Seven Bells, c’est encore un groupe new-yorkais et c’est encore un groupe avec un nom à rallonge. L’origine de ce nom est dévoilé par Alley Deheza dans cet article des Inrocks :

Je regardais la télé, tard dans la nuit, et j’ai vu un documentaire qui m’a fasciné. Ça concernait des pickpockets, un gang des années 90 en Amérique du Sud. Ils étaient particulièrement bons, ils avaient un code qui leur était propre, personne ne les soupçonnait, personne ne pouvait les attraper. Et ces gens avaient été formés dans une académie spéciale, dans les années 80. L’école s’appelait la School of Seven Bells – l’un des examens de passage était de voler un objet dans chacune des poches d’une veste en contenant sept et sur chacune desquelles était accrochée une petite clochette.

Les School of Seven Bells font de la dream pop électronique. Les jumelles Alley et Claudia Deheza (qui viennent du groupe On!Air!Library!) et Ben Curtis (qui vient du groupe The Secret Machines) jurent qu’ils n’ont « jamais vraiment écouté les Cocteau Twins » – difficile à croire en entendant leurss harmonies vocales – mais reconnaissent l’influence de My Bloody Valentine. Les morceaux créent des atmosphères douces et planantes avec un son un peu années 90. Les clips d’Half Asleep et de My Cabal, que vous pouvez regarder ci-dessous, invitent aussi à la rêverie.

Alpinisms, le 1er album du groupe sorti en 2008, ressort en version « de luxe » avec quelques morceaux en plus : des démos, des lives, des prises alternatives. Les School of Seven Bells ont prévu 2 concerts en France en décembre : le 8 décembre à L’Aeronef à Lille et le 9 décembre à La Coopérative Club à Clermont-Ferrand. Rien pour les Parisiens…

Half Asleep

My Cabal

Plus d’infos

School of Seven Bells