Posts Tagged ‘ Emilie Simon

La playlist de mars 2014

Playlist de mars 2014

En boucle ce mois-ci

We Have Band (Royaume-Uni – pop hype)
Metronomy (Royaume-Uni – pop hype)
Emilie Simon (France – chanson électro)

En vrac

Kandle (Canada – folk)
Miss Platnum (Roumanie/Allemagne – pop ethnique)
Little Daylight (Etats-Unis – pop)
Dillon (Brésil/Allemagne – pop éthérée)
Liam Lynch (Etats-Unis – rock and whatever)
Kadebostany (Suisse – électro ethnique)
Stephen Malkmus and The Jicks (Etats-Unis – indie rock)
Klô Pelgag (Canada – chanson)
Joan As A Police Woman (Etats-Unis – rock)
Sir Alice (France – rock)
Disiz (France – rap)

La playlist

Voici la playlist : des extraits ou l’intégralité pour les abonnés Qobuz dans le player et dans le desktop

A écouter aussi

Playlist de février 2014Playlist de janvier 2014

Emilie Simon, Ebony Bones et The Noisettes à La Musicale

J’ai assisté à l’enregistrement de l’émission La Musicale animée par Emma de Caunes. L’émission sera diffusée le lundi 21 décembre 2009 à 20 h 50 sur Canal Plus.

C’était une émission « spécial filles » avec comme invités : Alicia Keys, Emilie Simon, Ebony Bones, The Noisettes et Imany. On pourrait même dire une émission spécial belles filles car toutes les chanteuses étaient splendides, quoique pour Ebony Bones, je m’avance un peu car c’est difficile de se faire une idée vu l’épaisseur du costume et du maquillage. Le thème aurait aussi pu être New York, comme vous allez le voir.

Alicia Keys

Alicia Keys était la star de la soirée. J’étais surprise de la manière dont elle fut accueillie par la foule en délire, mais, après tout, la demoiselle remplit Bercy. On peut donc s’attendre à ce qu’elle ait quelques fans. Alicia Keys est irréprochable : très professionnelle, généreuse avec le public et foutue comme une déesse (sa robe était euh… décolletée). Mais je ne suis pas fan de sa musique. Alors, oui, j’ai de la sympathie pour son titre Empire State of Mind, qui fait l’éloge de sa ville natale, New York. Mais ça s’arrête là. Passons à la suite.

Emilie Simon

C’est pour Emilie Simon que j’étais là. Elle a chanté Rainbow, Dreamland, Ballad Of The Big Machine et Rocket To The Moon. Elle a assuré, malgré les conditions pas franchement idéales : les gens étaient surtout là pour Alicia Keys et, pendant sa première chanson, la troupe d’Ebony Bones s’installait et cette bande de fous furieux peut détourner l’attention. Emilie Simon a répondu avec un petit sourire timide à Emma de Caunes qui l’interrogeait sur son processus créatif et sur sa nouvelle vie à New York, où elle s’est installée pour écrire son dernier album. Le discours d’Emilie Simon est rodé à présent. Pour ceux qui ont lu ces dernières interviews, en particulier celle accordée aux Inrocks, pas de grandes révélations en perspective.

Ebony Bones

Bien que la musique d’Ebony Bones rappelle celle de Janelle Monae, je n’accroche pas trop. Mais je dois reconnaître que cela vaut le coup d’oeil en live. Ebony Bones était là avec toute sa troupe : 2 choristes, un batteur, un guitariste et 2 cuivres – je n’ai oublié personne ? Tous costumés de façon surprenante avec des imprimés improbables et colorés et des maquillages clownesques. Quant à Ebony Bones, elle disparaissait sous son étrange costume et sous l’énorme perruque frisée. Et quand tout ce petit monde se met à jouer, à chanter et à danser, c’est sacrément impressionnant.

The Noisettes

The Noisettes sont une sensation british et croquante de la blogosphère. Ils ont joué leur tube Don’t Upset The Rhytm et la chanson rétro Never Forget You et c’était bien plaisant. The Noisettes sont emmenés par la sexy Shingai Shoniwa, qui bougeait beaucoup malgré sa longue robe à paillettes. J’ai soupçonné la belle d’être une pote de Skin de Skunk Anansie quand elle a commencé à grimper sur les échafaudages du plateau.

Imany

Imany a été la surprise de la soirée. Je ne connaissais pas l’artiste, mais je connaissais la femme sous le nom de Nadia, en tant que camarade du lycée. Je l’avais complètement perdue de vue et j’ai appris grâce à l’interview d’Emma de Caunes que c’est à New York qu’elle avait disparu. Elle y a chanté dans les bars, mais elle revient en France pour continuer sa carrière de chanteuse. Imany a une superbe voix grave et elle chante ses compos soul et pop accompagnée d’un guitariste. L’ami qui m’accompagnait a avoué que ça lui donnait des frissons… A suivre !

Paco Volume – Cookie Machine

Au Festival des Inrocks, j’ai récupéré plein de flyers, dont un pour le concert de Jil Is Lucky, Paco Volume et You & You à La Clef à Saint-Germain-en-Laye le 10 novembre. J’ai donc écouté tout ça. Je pense reparler de Jil Is Lucky prochainement – ils ont l’air bien barrés, ceux-là.

Mais c’est Paco Volume qui m’a le plus accrochée. Paco Volume, c’est un seul gars, un Français, avec sa Charango (une petite guitare sud-américaine à 10 cordes), ses machines et ses chansons pop qui font rêver. En plus, il a été adoubé par Télérama et par Les Inrocks en apparaissant sur une compilation CQFD (en 2006 déjà !).

Le premier album, Manhattan Baby, vient de sortir et Paco Volume sera en première partie d’Emilie Simon lors de sa tournée. Bref, on en entendra parler de nouveau.

Emilie Simon – Dreamland

The Big Machine, le 4e album studio d’Emilie Simon, est sorti aujourd’hui. Créé à New York, où la chanteuse s’est installée, l’album est tout en anglais et il laisse percevoir l’influence de Kate Bush. Le 1er single extrait de cet album est Dreamland.

L’album est en écoute sur Deezer. A la 1re écoute, ma chanson préférée est The Cycle.

Voir le myspace d’Emilie Simon.
En bonus, le site officiel a été réalisé par les amis de La Jungle.