Posts Tagged ‘ Dominique A

La playlist de mars 2015

Playlist mars 2015

Le mois de mars a regorgé d’excellentes sorties avec plusieurs candidats solides pour mon album préféré de l’année.

En boucle

Venera 4 (France – shoegaze)
Soko (France – rock curiste)
Madjo (France – pop soul)

En vrac

Dominique A (France – chanson) : nouvel album, nouvelles histoires, nouveaux frissons
Courtney Barnett (Australie – indie rock à texte)
Gang Of Four (Royaume-Uni – rock mythique)
Paper Aeroplanes (Royaume-Uni – pop)
Purity Ring (Canada – électro pop)
Claire Diterzi (France – chanson animale) : nouvel album avec les textes de l’écrivain Rodrigo Garcia par l’allumée littéraire
C.A.R. (France – rock) : extrait du premier album de Chloé Raunet de Battant
Kid Wise (France – new french indie pop rock)
Fyfe (Royaume-Uni – pop soul)
Mome (France – électro-
Ibeyi (France/Cuba – jazz world)
Alina Baraz (Etats-Unis – électro pop)
Zella Day (Etats-Unis – pop) : conseillé aux fans de Meg Myers
Gentle Republic (France – pop rock)
Satellite Stories (Finlandais – new brit indie pop rock) : pour les amateurs de Two Door Cinema Club
Joe Bel (France – pop folk) : grands espaces et laid back
Marina and The Diamonds (Royaume-Uni – pop colorée et fruitée)
Rae Morris (Royaume-Uni – pop)
The Veronicas (Australie – pop catchy)
The Staves (Royaume-Uni – folk)

La playlist

La playlist dans le player ou dans le desktop Qobuz.

Et ci-dessous dans le widget.

A écouter aussi

Playlist de février 2014 La playlist de janvier 2015

Etienne Daho en concert à Days Off

Etienne Daho - Days Off 2014

Le festival Days Off a donné carte blanche à Etienne Daho pour 3 soirs. Au programme : une reprise l’album Pop Satori ; une soirée consacrée aux pop hits de Daho ; et une soirée invités. J’ai eu la chance de voir 2 de ces concerts et voici mes impressions.

Petite précision : je suis une grande fan de Daho (donc un peu conquise d’avance) et l’ai vu de nombreuses fois en concert. Mais pas depuis 10 ans.

Mardi 1er juillet : Pop Satori – Cité de la musique

La première partie était assurée par Yan Wagner. J’ai trouvé que les morceaux manquaient de contraste, les arrangements encore plus franchement électro que sur l’album rendaient les chansons indissociables. Les mélodies ne servent pas suffisamment la belle voix grave de Yan Wagner, ne lui donnant pas l’occasion de faire preuve de beaucoup d’expressivité.

La thématique du concert était assez originale, puisqu’il s’agit de reprendre dans son intégralité Pop Satori (1986), album de la consécration, après La Notte, La Notte (1984), qui fut déjà un succès.

Emotion intense et salle gagnée en un instant quand retentissent les premières notes de Satori Theme. Daho monte sur scène en costard avec des lunettes noires qu’il garde pendant quelques morceaux avant de se rendre compte qu’il aurait dû les enlever.

S’en suit Epaule Tatoo, tube s’il en est, et la soirée est lancée. Les autres chansons phares de l’album sont Tombé pour la France et Duel au Soleil. Mais pour une fan comme moi, il y a d’autres morceaux marquants : Quelqu’un qui me ressemble, Paris Le Flore et même le naïf Mieux que moi.

C’est l’occasion pour Daho de raconter quelques anecdotes sur Pop Satori, de saluer Jérôme Soligny, compositeur de Duel au soleil, ou d’inviter sur scène Arnold Turboust, qui a co-produit l’album et composé une partie des musiques.

Pour le rappel, Etienne et ses musiciens interprètent Soleil de minuit, musique du film Désordre (1986) d’Olivier Assayas, qui aurait dû être sur l’album, et une reprise d’Epaule Tatoo, pour ne pas se quitter trop vite.

Etienne a vieilli. Bien vieilli, sûrement, mais il a vieilli. Sa voix n’était pas au top, même si elle était nettement plus dense et maîtrisée qu’à l’époque de l’album. Daho a eu des problèmes de santé en 2013, qui l’ont obligé à retarder la sortie des Chansons de l’innocence retrouvée. Il bougeait moins sur scène, mais finalement il en fallait peu pour communiquer sa chaleur à un public ravi, car Daho a acquis un puissant charisme au fil des années. On le sent à la fois gagné par le trac (en lui sommeille un perfectionniste) et apaisé, comme s’il rentrait chez lui.

Set list

Satori Theme
Epaule Tatoo
Paris Le Flore
Pop égérie O.
Quelqu’un qui me ressemble
Tombé pour la France
4 000 années d’horreur
Mieux que moi
Pari à l’hôtel
Duel au soleil
Satori pop century
Late night

Rappel :
Soleil de minuit
Epaule Tatoo

Mardi 8 juillet : Tombés pour la France – Salle Pleyel

La salle Pleyel est un choix étrange pour un festival pop et le public assis fut bien difficile à chauffer. Les artistes s’enchainaient sur scène et Lou Lesage passait des morceaux pour assurer les transitions. Cela n’empêchait pas l’ambiance de retomber un peu entre chaque morceau.

Les chansons interprétées piochaient dans la discographie de Daho, celles des invités, mais aussi des artistes qui ont accompagné ses débuts, la génération des « jeunes gens modernes » : Elli Medeiros, Jacno, Daniel Darc, Marie et les garçons, etc.

Parmi les invités, des artistes que Daho a défendus comme Lou Doillon ou Yan Wagner, l’équipe du label Pop Noire (John & Jehn, Lescop), l’ami Dominique A et des musiciens dont je ne connais pas le lien personnel avec Daho, mais dont ils partagent clairement l’univers.

Les artistes défilent sur scène sans commentaire, à part Lou Doillon qui explique son choix de jouer un de ses nouveaux morceaux seule à guitare en disant, que pour remercier Daho, elle a décidé de faire ce qui l’effrayait le plus. C’est sûr que reprendre Tombé pour la France comme Aline récolte bien plus facilement l’adhésion du public. La reprise électro new wave minimaliste de Week-end à Rome par John & Jehn m’a surprise : on ne sentait pas trop le soleil de l’Italie, là. Cela fait néanmoins plaisir de les retrouver ensemble sur scène, car depuis le succès de Savages, le nouveau groupe de Jehn, on pouvait penser que John & Jehn était de l’histoire ancienne. J’ai trouvé The Pirouettes et Perez très intéressants, car ils se réappropriaient habilement l’héritage « jeunes gens modernes ».

Le concert s’achève sur En Surface, interprété par Daho et Dominique A, avec tous les musiciens qui dansent sur scène, ce qui ne colle pas trop avec le sens de la chanson, mais ça fait tellement plaisir de l’entendre que l’on ne s’en plaindra pas.

Ca manquait un peu d’énergie, et c’est dommage que le public ne se soit levé qu’au dernier morceau. C’était un concert OVNI, comme l’a dit Daho, touchant et brouillon, malgré une mise en scène soignée, avec des films magnifiques avec les visages des artistes. Et la coordination musicale d’Edith Fambuena, discrète à la guitare, mais surveillant les aller et venues de chacun.

Ce qui ressort des chansons choisies est le contraste entre des musiciens post-punk, inspirés de la new wave la plus sombre, et les paroles naïves, qui content des bluettes où l’on ose à peine toucher l’autre.

Set list

Lou Lesage DJ Set
François & The Atlas Mountains – Le Grand Sommeil (Etienne Daho)
Aline – Tombé pour La France (Etienne Daho)
Yan Wagner – Les nuits de pleine lune (Elli & Jacno)
Lescop & Etienne Daho – La Ville (Daniel Darc)
Dominique A – Je t’aime tant (Jacno)
Lescop & Calipso Valois – Duel au soleil (Etienne Daho)
Mustang – Je t’ai toujours aimée (Polyphonic Size)
John & Jehn – Week-end à Rome (Etienne Daho)
Lou Doillon – Weekender Baby (Lou Doillon)
The Pirouettes – Le dernier métro (The Pirouettes)
Perez – Une autre fois (Perez)
Poni Hoax – Eddie S. (Etienne Daho)
La Femme & Patrick Vidal – Rien à dire (Marie et les garçons)
Etienne Daho & François & The Atlas Mountains – Les lueurs matinales (Etienne Daho)
Etienne Daho & Dominique A – En Surface (Etienne Daho)

Etienne Daho – En Surface

En surface

C’est le magnifique titre En Surface écrit par Dominique A qui est le nouveau single d’Etienne Daho. Le clip, réalisé par Antoine Carlier, réussit la contorsion d’être très sobre et pourtant déconseillé aux épileptiques. On y voit que le temps commence à faire son oeuvre sur l’éternel jeune homme moderne.

En Surface est ma chanson préférée de l’album Les Chansons de l’innocence retrouvée, sorti en novembre dernier. Les paroles mettent en garde contre une légèreté faussement protectrice. L’arrangement, beaucoup plus rock que les autres titres très orchestrés de l’album, est tranchant et vif. La mélodie sied comme un gant à Daho, dont les performances démentent sans cesse les anciennes critiques sur sa voix fluette. Reste le trésor caché de la version alternative de En Surface, chantée en duo avec Dominique A, que l’on retrouve dans l’édition Deluxe de l’album.

Les meilleurs albums de 2013

C’est l’époque des chocolats, des cadeaux et des tops. Voici donc mon bilan tout personnel de l’année 2013.

L'hiver et la joie de Robi
L’hiver et la joie de Robi
Robi a été pour moi la révélation de l’année. La chanson On ne meurt plus d’amour m’a hanté de longs mois. L’hiver et la joie est une claque rock, sombre et sobre. L’ensemble de l’album est d’une grande qualité, sec mais expressif, avec des riffs incisifs et des textes qui décoiffent. Un hymne aux échecs, à la détermination et à l’envie de savourer ce que l’on a, tout en tentant de faire mieux. On y trouve également le titre La Route, un magnifique duo avec Dominique A, que j’apprécie de plus en plus.
Pale Green Ghosts de John Grant
Pale Green Ghosts de John Grant
C’est avec le single Pale Green Ghosts, qui donne son titre à son 2e album solo, que j’ai découvert John Grant. Cet album est très surprenant pour ses changements de ton : passant de l’électro avec un arpégiateur minimaliste à l’orchestre symphonique, en passant pas la folk (GMF) ; allant de textes franchement caustiques à des thématiques amoureuses plus classiques. Le liant de tous ces morceaux est la voix profonde de John Grant et son humour pince sans rire.
Nuit 17 à 52 de Christine and The Queens
Nuit 17 à 52 de Christine & The Queens
En signant avec Because, Christine & The Queens s’est donné les moyens de voir plus grand : un concert en tête d’affiche au Nouveau Casino, une mise en scène plus travaillée et ce bel 3e EP Nuit 17 à 52. Cet album, sur lequel on retrouve les titres The Loving Cup et
Nuit 17 à 52, mais aussi une reprise surprenante de William Sheller, montre bien toutes les facettes de l’artiste : anglais et français ; pop, électro, r’n’b, funk et tant d’autres.
Electric Lady de Janelle Monaé
Electric Lady de Janelle Monaé
Le talent et l’énergie de cette jeune Américaine ne cessent de surprendre. Janelle Monaé propose avec son 3e album Electric Lady une suite logique de The ArchAndroid. Nous sommes toujours dans un univers rétro-futuriste, en noir & blanc, empli de robots au grand coeur. Janelle a également convié quelques amis, comme Miguel sur le romantique Primetime ou Erykah Badu sur le funky Q.U.E.E.N.. Mais le tube incontestable de l’album est la chanson qui vous fera danser jusqu’à la fin du monde, Dance Apocalyptic
Les Chansons de l'innocence retrouvée d'Etienne Daho
Les Chansons de l’innocence retrouvée d’Etienne Daho
Il n’y a pas que l’innocence que l’on retrouve avec cet album : il y a aussi tout l’univers d’Etienne Daho ! Les mélodies magnifiques (La Peau Dure), les amours tourmentées (Le Malentendu), les voyages (L’Homme qui marche), les mauvais choix (Le Baiser du destin), les chansons qui font danser (L’Etrangère). Daho sait toujours s’entourer et a fait de nouveau appel à Jean-Louis Pierot pour des arrangements orchestrés de toute beauté. On croise également Dominique A, qui a écrit En Surface, ma chanson préférée de l’album, qu’il interprète en duo avec Daho sur la version deluxe de l’album.

Les meilleurs concerts de 2013

Je me rends compte avec horreur que j’ai fait plus de pots de départs que de concerts cette année. C’est ça aussi l’industrie musicale. Les concerts que j’ai préférés ont été :

  • Sophie Hunger à La Cigale en janvier : l’émotion et la convivialité sont encore rendez-vous.
  • Christine and The Queens en concert au Nouveau Casino en avril : une tête d’affiche bien mérité et pleinement assumée, avec plus de moyens, des danseurs et des musiciens.

La playlist de 2013

L’année ne serait pas complète sans une dernière playlist avec les chansons qui nous ont accompagné en 2013.

Avec Nine Inch Nails, London Grammar, Agnes Obel, White Lies, Granville, Arcade Fire, Arctic Monkeys, Kids In Glass Houses, Phoenix, Lorde, Rone, Clarika, etc.

Et pour réécouter les meilleurs titres de 2012, c’est par là.

Mes albums préférés de 2012

En 2012, j’ai vraiment écouté beaucoup d’albums, c’est pourquoi je me sens un peu plus légitime que d’habitude pour dévoiler un « best of » de l’année. Voici ma sélection, qui reste cependant très subjective.

Mes albums préférés de 2012

Ternion de We Have Band
Ternion de We Have Band
Le 2e album de We Have Band est sorti en janvier et son électro pop sombre et sophistiquée m’a accompagnée toute l’année. Tired Of Running est en quelque sorte la chanson qui symbolise mon année 2012, mais Ternion comprend également les excellents titres Where Are You People et Watertight.
Lescop
Lescop de Lescop
Ce n’est pas tous les jours que j’accroche sur un artiste chantant en français, mais Mathieu Lescop transcende les genres entre pop, électro et chanson pour livrer des titres aux textes convaincants et aux mélodies qui revisitent la new wave : La Forêt, La Nuit américaine, Tokyo la nuit. Toutes ces histoires se passent quand la lumière décline.
Le concert de Lescop en novembre au Casino de Paris était plaisant, mais il peut encore gagner en confiance et en technicité.
The Haunted Man de Bat For Lashes
The Haunted Man de Bat For Lashes
Natasha Khan a sorti cet automne un digne successeur à Fur And Gold et Two Suns et le concert au Trianon a révélé la puissance de ce nouvel album, à la fois poignant et dansant. Le premier single, Laura, est extrêmement émouvant, mais The Haunted Man est aussi pourvu de chansons au potentiel sautillant comme All Your Gold.
2:54
2:54 de 2:54
Coup de coeur pour 2:54, le premier album de Hannah et Colette Thurlow. Ces soeurs renouvellent le son shoegaze nineties, pour un résultat sensuel et prenant, entre Warpaint et My Bloody Valentine. Les singles sont tous très réussis : Scarlet, Creeping et You’re Early.
Is Your Love Big Enough de Lianne La Havas
Is Your Love Big Enough de Lianne La Havas
Is Your Love Big Enough, le morceau qui donne le titre à l’album, a été ma chanson de l’été : la soul folk énergique de Lianne La Havas se prête bien aux chaleurs estivales. Cependant l’album dévoile une partie plus sombre et moins légère comme sur Forget ou Lost & Found, toujours avec des mélodies pop délicates et maîtrisées.

Mes concerts préférés de 2012

Garbage à l’Olympia : ça change des groupes semi-amateurs que j’ai l’habitude de voir. Que des tubes, joués à la perfection, avec l’énergie qui va bien.

Regina Spektor au Trianon : enfin ! Après bien des rendez-vous manqués, j’ai pu voir Regina Spektor en vrai et l’émotion était là.

Bat For Lashes au Trianon : quand on rajoute le professionnalisme à l’émotion, cela donne ça. Natasha, you’re more than a super star.

La playlist de 2012

Vous reprendrez bien une petite playlist ? 5 albums, c’est un peu court pour résumer l’année, alors voici une playlist de (plus ou moins) 80 titres pour se rappeler toutes les belles choses que l’on a écoutées cette année.

Avec Foe, Christine and The Queens, The Vaccines, Dominique A, Ellie Goulding, Electric Guest, Niki & The Dove, Boy, Grimes, DIIV, Alex Hepburn, Amanda Palmer, Hot Chip, Mr Little Jeans, Owlle, Bad Books, School Is Cool, Electric Guest, How To Destroy Angels et tant d’autres.

Le SAV du blog – juillet 2012

Que s’est-il passé sur le blog en juillet ?

Il y a eu un léger laisser-aller dû à mes vacances italiennes, mais les rendez-vous sont là, comme la playlist de juillet, qui a été l’article le plus lu de juillet, et le SAV.

Parmi les anciens articles, la chanson Vers le bleu de Dominique A a attiré ceux qui, comme moi, ont été touchés par l’histoire du frère dépressif : « Mais comment vais-je faire pour te faire passer le goût du feu ? ».

Beaucoup de gens sont également arrivés sur le blog en cherchant des infos sur l’athlète Aimee Mullins, en particulier venant de République tchèque, de Roumanie et de Turquie. Aimee Mullins fait-elle des conférences dans ces pays ?

Les requêtes

camille berthomier groupe fille – Le nouveau projet de Jehn, c’est Savages, un groupe de brit new wave, échappé du Manchester des années 80.

chanson electro 2012 petite voix qui chante – Ici, on aime les petites voix (et les grosses aussi – Miss Welsh, we’re looking at you) : Firefox AK, Dillon, Le Volume Courbe, Lykke Li, Big Fox et tant d’autres.

les artiste turque qui font le ramadan – Pour l’instant, il n’y a qu’un seul artiste turc qui a été mentionné sur ce blog, c’est Ramadan Caysever. Et, malgré son nom, ça n’étonnerait qu’il soit pratiquant.

morceau electro du moment juin 2012 – On pourrait aller chercher le meilleur de l’actualité électro du côté de Twin Shadow, Avec Sans, Pegase ou YACHT.

groupe francais dark electro duo – Ce n’est pas très dark, seulement ombragé, mais l’électro des Français Dombrance et Sourya pourrait répondre à la demande.

personnage alice dans popeyeAlice The Goon est un personnage de Popeye et c’est aussi un groupe de rock français.

restaurant rapide vegetarien a lisbonne – Le meilleur resto végétarien que j’ai testé au Portugal, c’est Bake The Difference, et on peut y manger un snack vite fait. Les gens y sont adorables : allez-y !

quel est le sens de la musique ma petite entreprise – Pour faire simple : du cul, du cul, du cul ! Il y a ceux qui pensent que la chanson Ma petite entreprise d’Alain Bashung parle de prostitution, et il y a ceux, dont je fais partie, qui pensent qu’il s’agit de masturbation. Faites votre choix !

singtank « de la merde » – Je n’ai jamais dit ça ! Je n’apprécie pas la vidéo de Give It To Me, c’est tout. Cela n’enlève rien à la qualité de la musique de Singtank.

synthé tonton klaxone – Aux dernières nouvelles, le duo Numéro# a mis la clé sous la porte, snif. On réécoute Tonton klaxonne pour se consoler.

balladur dream baby wtf – WTF, c’est bien ce que j’allais dire.

clips d’etienne daho avec une jeune femme nue faisant la roue – C’est très vexant, mais je ne vois pas de quelle chanson vous parlez. Dans Au commencement, on voit bien une femme nue, mais elle ne fait pas la roue…

La playlist d’avril 2012

Playlist avril 2012

Les immanquables du mois

Des hommages à Johnny Cash : Dionysos (rock français qui swingue – Bird’n’roll 7e album !) et Florence and The Machine (Royaume-Uni – pop acoustique – out of tune but not out of grace).

La classe française : Dominique A (pop française lumineuse).

La folie française : Sébastien Tellier (électro française barrée) et Bertrand Burgalat (pop française barrée) – sûrement des amis de Philippe Katerine.

Du rock : The Shins (Etats-Unis – pop rock), Jack White (Etats-Unis – rock blues – 1er album solo), The Dandy Warhols (Etats-Unis – rock pop grunge).

Egalement parmi les nouveautés

A découvrir sur la superbe compilation Kitsuné Parisien (à côté de Kit, Lescop et Owlle) : Birkii (France – pop eighties), We Are Knights (France – pop noire).

Plein d’électro : Thieves Like Us (Etats-Unis/Suède – électro pop), Nite Jewel (Etats-Unis – électro pop), Chapelier Fou (France – électro).

Encore des artistes français : Pamela Hute (France – rock), Claire Denamur (France – chanson), Hyphen Hyphen (France – rock électro), Mina Tindle (France – pop intimiste), Sandra Nkaké (France/Cameroun – jazz qui rocks), Revolver (France – rock).

Des fantômes

Quelques nouvelles apparitions : Breton (Grande-Bretagne – électro), Mc Luvin (France – hip hop, pop et n’importe quoi – bouge de là !).

Des revenants : Wintersleep (Canada – pop – entendu récemment dans la BO de Being Human US).

Et les artistes qui hantent ce blog : Etienne Daho, Tori Amos, Tegan and Sara

Des artistes déjà présentés sur le blog

CSS (Brésil – électro clash), Big Fox (Suède – pop), Cats On Trees (France – pop), Barbara Panther (Rwanda – électro), Mr Fogg (Royaume-Uni – électro pop), Firefox Ak (Suède – pop), Now, Now Every Children (Etats-Unis – pop).

La playlist

Ecoutez des extraits dans le widget ou, pour abonnés Qobuz, l’intégralité de la playlist d’avril 2012 dans le player.

A écouter aussi

Playlist de mars 2012 Playlist de février 2012

Dominique A – Vers le bleu

J’ai écouté le dernier album de Dominique A, Vers les lueurs, et je trouve qu’il mérite les critiques dithyrambiques dont il a fait l’objet ces dernières semaines. Vers les lueurs est bien un album lumineux.

Vers le bleu est à mon goût le sommet de cet album. Petite dédicace à un ami qui ne va pas fort : courage !

La veille, quand je t’avais quitté, tu étais parti pour te mettre la mine
Dans des plans insensés que je préfère ne pas connaître (…)
Mais comment vais-je faire pour te faire passer le goût du feu ?
Mais comment vais-je faire pour te ramener vers le bleu ?
Le lendemain, tu m’as promis que tu ne recommencerais jamais
Comme deux jours plus tôt, j’ai souri