Le piratage de la musique d’après Mark Twain, ça ne fait absolument rien

Le Rapt de l'éléphant blanc

Saviez-vous que Mark Twain avait un point de vue très libéral sur le piratage de la musique en ligne ? Oui, on parle bien de l’écrivain américain auteur de Tom Sawyer qui vécut de 1835 à 1910. Voici ce qu’il écrivait en 1878 dans une nouvelle :

[Le révérend Melton Hardgrave] était l’inventeur d’un téléphone perfectionné et espérait gagner sa vie en en vendant les droits :
– A présent, disait-il, on peut se connecter à un fil télégraphique qui transmet une chanson ou un concert d’un Etat à un autre, et on peut attacher son téléphone personnel et voler cette musique. Mon invention mettra fin à cela.
– Mais, répondit Alonzo, si le propriétaire de la musique ne remarque aucunement ce qu’on lui a volé, qu’est-ce que cela peut lui faire ?
– Absolument rien !

Extrait de The Loves of Alonzo Fitz Clarence and Rosannah Ethelton. Traduction de Michel Philip et Andrew Poirier.

En bonus

Gangnam Style: ne pas être à cheval sur le droit d’auteur, ça paie (Owni)

Pirater n’est pas voler, en sept mythes (Climb To The Stars)

    • Sophia
    • 24 septembre 2014

    Il est intéressant de voir qu’à cette époque Mark Twain voyait déjà loin. En quelque sorte, ces propos ne sont pas faux…

  1. 31 octobre 2012